Table-ronde « Restituer Herculanum : des archives à la réalité virtuelle. Contribution à l’étude des maisons herculanéennes »

Table ronde organisée par par Alexandra Dardenay (TRACES) et Adeline Grand-Clément (PLH-ERASME) dans le cadre du programme ANR VESUVIA.

affiche-herculanum-5-11-2016-vdef

Les nouveaux moyens informatiques (imagerie virtuelle 3D, réalité augmentée,…) permettent désormais de produire des restitutions d’édifices antiques qui aident les historiens à mieux appréhender la fonctionnalité de ces espaces et le rôle joué par le décor dans les « modes d’habiter » des Anciens. Mais, pour parvenir à des reconstitutions aussi complètes et fiables que possible, il faut travailler avec prudence et rigueur, en rassemblant l’ensemble de la documentation disponible. Dans le cas de sites ou de maisons fouillés depuis longtemps, par exemple, il est nécessaire de recourir aux informations livrées par les archives (carnets de fouilles, correspondances scientifiques, inventaires de musées, témoignages de voyageurs, premières publications dans les « musées de papier », plans, photographies, dessins…).
Le cas d’Herculanum, ensevelie en 79 de notre ère par les nuées ardentes rejetées par le Vésuve, fournit à cet égard un terrain d’expérimentation fécond. Découvert au début du XVIIIe s., avant Pompéi, le site archéologique a joué un rôle déterminant dans l’histoire de la réception de l’Antiquité romaine dans le monde européen, à plusieurs égards : il a suscité à la fois l’intérêt des érudits, la convoitise des autorités politiques et l’engouement du grand public. Herculanum a ainsi fait l’objet de plusieurs campagnes de fouilles successives, dont l’histoire, bien documentée par des archives, permet de suivre la naissance et le développement de l’archéologie, jusqu’au XXIe s. Les découvertes qui y sont effectuées sont largement médiatisées ; elles enrichissent la connaissance de l’habitat, de la société et des manières de vivre des Romains, et contribuent aussi à influencer les pratiques artistiques et même les modes de vie des Européens. Il s’agit d’une des étapes privilégiée du Grand Tour, avec Pompéi : de nombreux voyageurs et artistes ont visité le site, impressionnant par la qualité de conservation des maisons, plus grande qu’à Pompéi (étages, mobilier en bois,…). Pourtant, à la différence de cette dernière, Herculanum n’a pas fait l’objet d’une enquête d’envergure.