Un billet de Sandra Péré-Noguès sur le blog Eurykléia « Femmes et monnayages de l’Antiquité : Philistis perdue dans le Sylloge Nummorum Graecorum »

Mise en ligne depuis plusieurs années (pour le plus grand plaisir des spécialistes et amateurs de numismatique antique), la base de données du Sylloge Nummorum Graecorum – SNG – offre une première porte d’accès à un ensemble de données sans équivalent jusqu’à présent. Elle est consultable sur ce lien : http://www.sylloge-nummorum-graecorum.org/

Malgré tout, la consultation s’avère éminemment complexe dès lors que l’on recherche des monnayages où des femmes apparaissent, tout particulièrement des femmes grecques. Une des raisons réside dans le système de référencement des monnayages antiques, dont le principe, hérité des vieux corpora, a consacré la pratique de classer les monnayages par règne (à partir de la période hellénistique), sans tenir compte des reines qui pouvaient parfois figurer sur certains exemplaires sous forme de portraits individuels ou bien associés à leurs époux. Ainsi est-il difficile de se retrouver dans les monnayages d’une Cléopâtre ou d’une Bérénice dont, au mieux, est donné le rang dans la dynastie.

Sur une petite vingtaine de noms féminins présents dans la liste des « rulers », la plupart renvoient aux impératrices romaines, et peu font référence à des noms de souveraines hellénistiques. Les débusquer relève donc d’une véritable gageure comme le montre l’exemple de Philistis, épouse de Hiéron II (308-215) et reine de Syracuse. Inutile de la chercher sous ce nom dans la longue liste des « rulers », car elle n’y figure pas. Elle apparait en revanche, si l’on s’essaye à une recherche générale par son nom « Philistis ». Dix-neuf exemplaires sont alors présentés, provenant de huit collections publiques ou privées différentes. Sur chaque exemplaire elle est figurée seule au droit toujours voilée et ceinte d’un diadème, l’image étant accompagnée sur le revers d’une légende rendant compte de sa propre identité : ΒΑΣΙΛΙΣΣΑΣ ΦΙΛΙΣΤΙΔΟΣ.

Peu de numismates ont porté attention à des types iconographiques qui représentaient des femmes, alors qu’ils ont accordé plus d’intérêt aux déesses qui, sont, il est vrai, plus largement figurées (voir F. de Callataÿ, « La femme et la monnaie », dans La Grèce antique et les femmes. Hélène, Aphrodite, Aspasie et les autres. Catalogue d’exposition sous la direction de P. Marchetti (exposition à l’abbaye Saint-Gérard de Brogne, 8 mai-7novembre 2004), 2004, p. 44-50). Or, le fait même que certaines femmes aient occupé un tel espace dans l’iconographie monétaire et qu’elles aient été désignées par leur propre légende témoigne sans aucun doute d’une autre réalité à la fois de leur place dans les cercles du pouvoir politique, et de leurs propres relations à ce pouvoir. Il faudra encore faire pas mal d’efforts pour voir émerger ces figures féminines à travers un médium, où images et légendes jouent à jeu égal aussi bien pour les hommes que pour les femmes. Le chantier est ouvert ….

Sandra Péré-Noguès

Le carnet Eurykléia