Chroniques Archives et histoire de l’archéologie

Les publications consacrées aux archives de l’archéologie, et plus largement à l’histoire de l’archéologie, ne sont pas légion dans le paysage éditorial français. Leur donner un minimum de publicité grâce à ce carnet de recherches nous a semblé plus qu’opportun pour inciter les étudiantes et étudiants à leur lecture, et susciter aussi l’intérêt d’un public plus large, érudit ou amateur. Le choix des ouvrages présentés ne relève que de notre responsabilité.

En guise d’introduction à cette chronique, un ouvrage s’est bien vite imposé, celui publié par Sophie Archambault de Beaune, professeure à l’Université de Lyon et rattachée au laboratoire « Archéologies et Sciences de l’Antiquité » de Nanterre, ouvrage intitulé « Qu’est-ce que la préhistoire ? », paru chez Gallimard dans la collection Folio Inédit Histoire en 2016.
Posé en ces termes, le sujet pourrait paraître rebattu du fait des innombrables publications et émissions, que ce soit à la télé et à la radio, consacrées à la préhistoire. Pourtant, l’intention de l’auteure est originale puisqu’il s’agit bien de traiter d’une période « historique », terme qui au fil de la lecture, s’impose. Telle l’Antiquité, il ne semble faire aucun doute pour elle que la préhistoire appartient bien à l’histoire en tant que discipline à part entière, une discipline dont les outils relèvent pourtant plus de l’archéologie que de ceux qu’utilise l’historien. La démonstration est très convaincante aussi bien du point de vue de l’analyse critique du contexte dans lequel travaillent les préhistoriens, que des interprétations que ces derniers proposent sur la vie de ces ancêtres d’horizons si lointains.
Le propos rappelle de façon salutaire quelques évidences : ainsi, en est-il du statut de vestige dévolu à un objet ou une trace par l’archéologue qui l’a, à un moment ou un autre, « perçu ou reconnu pour tel pour exister » (p. 15). L’enjeu principal est bien l’autopsie au sens thucydidéen tant le caractère de toute découverte peut être éphémère et toute interprétation fragile. Sophie A. de Beaune souligne à plusieurs reprises le problème que pose intrinsèquement l’archéologie, à savoir la disparition des traces du fait même de l’acte de fouiller. Pour autant, fouiller ne signifie pas effacer de manière irréversible tout témoignage puisque l’archéologue veille à en protéger des traces par l’utilisation de « buttes-témoins » et qu’il enregistre consciencieusement tout un ensemble de données qui seront à la disposition des générations futures. Entre passé et futur, l’archéologue doit donc assurer le relais dans cette chaîne complexe du savoir sur les sociétés préhistoriques. Or si la méthode et les outils n’appellent aucun commentaire, il n’en va pas de même des délais qu’exige parfois la publication des travaux de terrain, délai d’autant plus préjudiciable que la mémoire humaine est défaillante avec le temps ce qu’avait montré l’expérience du « Déjeuner sur l’herbe », performance de l’artiste Daniel Spoerri.
D’autres problématiques sont abordées au fil de huit chapitres : l’existence d’un langage chez les Néandertaliens ; les nouvelles pistes de recherche autour de la biologie génétique ou encore celles développées autour de l’étude des savoir-faire et des apprentissages ; enfin le chamanisme, hypothèse qu’elle remet en question comme d’autres préhistoriens… En somme, beaucoup de sujets qui agitent la communauté des préhistoriens.
Enfin l’auteure souligne à juste titre l’influence que la formation peut avoir sur les préhistoriens qui, selon leur origine disciplinaire, interpréteront différemment les mêmes données archéologiques, leur questionnement étant profondément lié à leurs propres compétences et centres d’intérêt. Par ailleurs, la tendance actuelle à tout modéliser se heurte à « la complexité du réel », formule que l’auteure développe en référence à la notion créée par Ian Hodder d’entanglement.
Dans le dernier chapitre, elle s’intéresse à la mise en récit de la préhistoire, une opération qui exige rigueur mais aussi talent pour rendre intelligible un discours scientifique qui ne laisse pas de place à l’imaginaire. Placée sous l’égide de maîtres comme Henri-Irénée Marrou ou André Leroi-Gourhan, cette mise à distance entre le préhistorien et son travail quotidien est à notre sens réussie et révèle pourquoi la Préhistoire continue et continuera à fasciner.