5e atelier Statut et usages des archives de l’Archéologie

Photographie(s), voyages et archéologie : des fonds d’archives aux programmes de recherche

Étudier des fonds d’archives revient à prendre en compte des documents de nature très diverse et à accorder une attention particulière aux archives photographiques qui s’y retrouvent souvent en nombre dès la fin du XIXe siècle. A travers des exemples divers, il s’agira donc de s’interroger sur ce que peuvent apporter de tels documents en termes de témoignages archéologiques, de simples illustrations ou d’outils pédagogiques. Comme tout écrit, l’image est sujette à manipulation et l’adage souvent colporté de l’image comme preuve peut être remis en question. Dans ces conditions c’est le statut qui leur est associé qu’il faudra interroger tout comme leur place et leur rôle dans les recherches scientifiques d’hier comme d’aujourd’hui.

La photographie relève donc d’un document qui a valeur d’histoire pour tout spécialiste des archives de l’archéologie, mais un document dont il faut questionner le contexte, le sens intentionnel et la portée. C’est dans cette perspective que seront examinées plusieurs études en lien avec des sites archéologiques ou des voyages d’études.

Affiche atelier 5.pub

 

Résumés des interventions

D. Acolat (Université Bretagne occidentale)

« Les archives de Pierre Gusman à Pompéi : la photographie éclairée au service de l’interprétation du patrimoine archéologique »

L’histoire des fouilles de Pompéi et des autres sites vésuviens a pu être documentée par d’autres sources que la Surintendance archéologique de Naples, qui n’a pas systématisé les prises de vues photographiques avant 1920. Peintre, graveur et photographe amateur, Pierre Gusman se rend sur le site en 1894, 96 et 98 et 1902, et utilise le dessin et la photographie pour se créer ses propres archives,  avant la publication en 1899, de Pompéi. La ville, les mœurs, les arts , puis d’Une ville antique sous les cendres – Pompéi, en 1906, et, en 1924 de La Décoration murale à Pompéi,  qui montrent une réelle conscience archéologique du site, l’importance de la progression des fouilles et son travail sur le rôle de la couleur dans la décoration, malgré des photographies en noir et blanc. Aujourd’hui, ses archives manuscrites et photographiques, réparties entre l’Institut de France et l’Institut national d’Histoire de l’art, sont des ressources inédites pour documenter certaines fouilles récentes ou en cours sur le site au tournant du XXe siècle, mais aussi pour suivre la méthode originale de Gusman sur le terrain avant la publication de son très riche ouvrage, puisqu’il réalise 600 dessins pour publier ce qu’il a photographié et y ajoute 32 aquarelles dès son premier ouvrage. Utilisant la photographie comme un outil qu’il qualifie lui-même de fiable et « sans interprétation fantaisiste », support essentiel de son interprétation archéologique, il mène une étude thématique et rigoureuse sur l’architecture, les couleurs, la culture matérielle, qui nous permet aujourd’hui d’avoir une archive originale témoignant du patrimoine pompéien avant son altération récente.

A. Cheishvili (EHESS -CERCEC/CNRS)

« Photographie au service de l’archéologie : le cas des missions scientifiques françaises au Caucase »

A partir des années 1880, le ministère français de l’Instruction publique commence à subventionner les missions archéologiques dans le Caucase. Certains Officiers du ministère reviennent de ces missions non seulement avec les collections d’objets archéologiques, mais aussi avec les photographies prises sur place. Aujourd’hui on s’interroge sur l’apport de ces photographies dans la recherche scientifique en France et au Caucase ; pourront-elles apporter des connaissances dans l’étude du patrimoine culturel caucasien disparus au long du XXe siècle lors de la soviétisation de la région ; peuvent-elles nous servir de source dans la reconstitution des collections caucasiennes dispersées entre différents musées français tout au long du XXe et au début du XXIe siècles ?

F. Gaillard (Muséum d’Histoire naturelle de Toulouse)

« Le fonds E. Trutat : singularité d’un témoignage photographique et archéologique »

Les photographies appartenant à Eugène Trutat composent un énigmatique fonds en grande partie conservé au Muséum de Toulouse. E. Trutat, 1er conservateur du musée a photographié énormément de sujets et collecté de nombreuses images dont les auteurs sont souvent inconnus. Plusieurs sites archéologiques, grottes et collections ont fait l’objet d’une couverture photographique, mais quel était le réel objectif de ces prises de vue? Témoigner, conserver, diffuser, enseigner… Les archives et les annotations ne permettent pas de toujours identifier, contextualiser et dater les clichés. La remise aux normes et le traitement documentaire du fonds s’associent inévitablement à des travaux de recherche afin de lever le mystère sur ces photographies. C’est avec précaution et discernement que ce fonds s’appréhende peu à peu et révèle ses richesses.

A. Thévot (Université Toulouse II Jean Jaurès)

« Flaubert, du Camp. Regards affrontés sur la photographie ? »

En 1849 Gustave Flaubert et Maxime du Camp font le « Voyage d’Orient » cher aux bourgeois. Flaubert apprécie ce voyage avec ses yeux et sa plume, tandis que du Camp se poste derrière l’objectif. A terme, l’immortalisation de cet Orient doit permettre à du Camp de proposer un ouvrage illustré accessible au plus grand nombre. La photographie offre une nouvelle conception du savoir, mais la question de sa légitimité reste entière.