Conférence de Stéphanie Adroit « Mourir dans le Toulousain à la Protohistoire (Xe – IIe s. av. n. è.) »

Par Stéphanie Adroit,
Post-doctorante, projet IDENTIFER – Université Bordeaux Montaigne

Contrairement aux habitats et aux dépôts non funéraires, les pratiques funéraires de la fin de l’âge du Bronze et du premier âge du Fer font depuis longtemps partie intégrante du paysage archéologique de la région Toulousaine. La richesse de la documentation sur les pratiques funéraires protohistoriques doit beaucoup aux découvertes anciennes, de la fin du XIXe s., et aux travaux récents de l’archéologie préventive (ZAC Niel à Toulouse, Place des Carmes à Toulouse, Grand Noble 2 à Blagnac, Mongendre-Espalmade à Cintegabelle, Aouïdas sud à Saint-Martory) dans le département. Même si le rythme des découvertes a varié au fil du temps, nous disposons aujourd’hui d’un corpus d’une vingtaine de nécropoles à crémation ayant fait l’objet de fouilles, plus ou moins, extensives.
Les principales caractéristiques de ces nécropoles protohistoriques sont : la pratique quasi exclusive de la crémation des corps, le dépôt des restes humains brûlés dans un vase qui est ensuite installé dans une fosse surmontée d’un petit tumulus, rarement conservé. Ces sépultures, majoritairement individuelles, sont regroupées en de vastes complexes sépulcraux. Certaines de ces nécropoles à crémation sont fondées dès le Xe s. av. n. è. et sont utilisées durant des périodes assez longues, parfois jusqu’au milieu du Ve s. av. n. è.
L’architecture funéraire et l’organisation des dépôts funéraires, rapprochent indéniablement les ensembles funéraires du Toulousain des complexes funéraires tarnais et bas-languedociens occidentaux. Néanmoins, le secteur du Toulousain se rattache, de part ses productions céramiques et pratiques funéraires, à une entité culturelle propre qui couvre le bassin moyen garonnais.

 

Reconstitution d’une tombe à incinération du premier premier âge du Fer (800-600 av. n. è.)

découverte à Toulouse (ancienne Caserne Niel). Photo : MSR – CC BY-SA 4.0

 

Dimanche 17 juin| 16:00-17:30 | Gratuit
Conférence organisée en partenariat avec le Laboratoire Traces de l’université Toulouse-Jean Jaurès dans le cadre des Journées nationales de l’archéologie.
Retrait des billets uniquement sur www.eventbrite.fr

Site Internet du Musée Saint-Raymond