Chroniques « Archives et histoire de l’archéologie » 2

Chronique Archives et Histoire de l’Archéologie 2

Jean-Louis Podvin (ed.), Louis Carton, de Saint-Omer à Tunis, Editeur Jean-Louis Podvin, Aachen, 2017

Fruit d’une journée d’études tenue à Boulogne-sur-Mer le 21 mai 2015, ce livre de petit format réunit plusieurs contributions intéressant un archéologue tombé quelque peu dans l’oubli, Louis Carton. Son éditeur, Jean-Louis Podvin relate dès l’avant-propos « sa » rencontre avec ce médecin militaire qui a laissé une profonde empreinte dans le développement de l’archéologie en Afrique du Nord (p. 5-8). Dans une première contribution, le même auteur dresse le curriculum vitae circonstancié de Louis Carton (1861-1924), un état des archives ainsi que des données brutes disponibles (p. 11-32), et il dresse à la fin de l’ouvrage une bibliographie exhaustive et utile des principaux travaux de l’archéologue (p. 171-182). La présentation d’un ensemble de lampes puniques conservées dans les musées de Saint-Omer et de Boulogne-sur-Mer est au cœur de la seconde contribution rédigée par Jean-Louis Podvin et Virginie Caron (p. 33-44). Ils mettent en évidence l’ampleur des legs exécutés par la famille Carton, legs non négligeables pour des musées de province. Leur contribution rappelle aussi que toute histoire de l’archéologie passe par une étude de la constitution des collections, collections que des musées non parisiens – et peu riches – pouvaient acquérir au gré des volontés testamentaires de quelques savants locaux.

Les autres contributions éclairent de manière différente mais toujours passionnante la carrière de cet archéologue méconnu. Ainsi Roger Hanoune, qui essaie de retrouver les liens entre le site de Thuburnica et son inventeur (p. 63-74), met en lumière l’histoire d’un site qui était aussi une propriété à caractère agricole de Louis Carton. L’auteur souligne toutes les contradictions et les conflits d’intérêt qui pouvaient gêner l’archéologue, une situation qui « paraît aujourd’hui scandaleuse » (p. 70).

Les autres contributions éclairent des aspects particuliers de la carrière de l’archéologue tout autant que de l’histoire de la France coloniale. Dans un remarquable texte sur « Louis Carton, médecin militaire en Tunisie » (p. 45-61), Claire Fredj a le mérite de plonger le lecteur dans le milieu colonial, plus particulièrement celui de tous ces médecins militaires envoyés dans les colonies et chargés d’une mission prophylactique. Elle y apporte des éléments de réflexion sur le statut de « notable des colonies » si représentatif d’une élite sociale qui se voulait aussi dispendieuse sur le plan culturel : cela donna lieu par exemple à la fondation, par Louis Carton entre autres notables, de la Société archéologique de Sousse. Surtout, on saisit à travers cette étude toute l’étroitesse des relations entre armée et archéologie, un constat récurrent depuis l’expédition d’Egypte comme si la connaissance archéologique du terrain passait par une maîtrise étroite du territoire.

Jean-Marie Pailler aborde la personnalité complexe de Louis Carton par un autre biais, l’affaire d’Upenna (p. 75-97). Celle-ci met en lumière un esprit extrêmement conservateur et sur la défensive vis-à-vis de toute intrusion même institutionnelle. Cette position s’est sans doute cristallisée lors de l’affaire qui le mit aux prises avec Paul Gauckler et la Direction des Antiquités et des Beaux-Arts, mais aussi sur d’autres sujets comme l’hydraulique ou le Musée du Bardo notamment. Protéger son « pré carré » le mena à utiliser la stigmatisation et la polémique, y compris la plus diffamatoire en dénonçant les mœurs homosexuelles de son adversaire institutionnel, Paul Gauckler. On est ici loin du portrait hagiographique, tant il faut se rendre à l’évidence : Louis Carton apparaît peu sympathique par bien des aspects. Cela démontre, s’il le fallait, comment « l’effet de réel » qu’induisent parfois les  archives peut être circonscrit dès lors que les trajectoires de ces savants sont examinées et contextualisées tout comme leurs personnalités, leurs convictions politiques, etc.

A la suite de la contribution de Jean-Marie Pailler, Roger Hannoune revient lui aussi sur la personnalité de Louis Carton à travers les documents d’archives les plus connus, en l’occurrence le fonds Poinssot et le mince dossier conservé aux archives de l’Armée à Vincennes (p. 99-112). Il montre que la carrière militaire, tout comme la carrière de médecin, que fit Carton fut « vécue comme un gagne-pain » (p. 103), car sa vraie vocation était celle de colon et d’archéologue. L’auteur présente aussi les relations de Carton avec des personnalités de l’archéologie africaine, comme Paul Gauckler ou encore Louis Poinssot qui le jugeait « malhonnête et fou ». La difficulté de ses relations s’explique par les dissensions multiples que tous ces archéologues amateurs avaient avec l’administration, un aspect qui n’est cependant pas propre à la Tunisie de l’époque.

Antonella Mezzolani Andreose met au jour le travail vulgarisateur de Louis Carton et tout particulièrement son incroyable capacité à lui donner une publicité sans équivalent (p. 113-134). Outre la volonté de faire des grands sites de l’époque des objets touristiques avant l’heure, l’auteure évoque un relais intéressant des travaux scientifiques, le Comité des Dames de Carthage, puisque celui-ci fut l’un des moteurs de la promotion faite autour des découvertes réalisées à Carthage. Mais l’intervention du Comité fut de courte durée et rapidement reprise en main, ce qui finit par exclure toute femme. Cette analyse a surtout pour intérêt de mettre au jour le rôle primordial des associations dans la valorisation du patrimoine local, et par voie de conséquence dans le développement du tourisme dans la région, une situation qui n’est là encore pas propre à la Tunisie.

La dernière communication est celle de Jean-Pierre Laporte, fin connaisseur des archives sur cette période comme il le démontre dans plusieurs notes de bas de pages. Son propos porte sur François Icard, un « disciple et émule de Louis Carton » selon le titre (p. 135-170). L’auteur se livre ici à un véritable travail de réhabilitation d’un archéologue amateur qui, à l’exemple de son mentor Louis Carton, a beaucoup œuvré autour du tophet de Carthage. La démonstration est faite de l’utilité des archives et de leur apport incomparable pour tout historien qui sait les traiter. Gageons que la contribution de Jean-Pierre Laporte donne à son tour des émules, car il donne des pistes prometteuses à la fin de son article.

Si l’ensemble de l’ouvrage donne une image très contrastée mais fidèle de l’archéologue Louis Carton, il reste une première étape qui ouvre la voie à d’autres études sur l’histoire de l’archéologie en Afrique du Nord, en cette fin de XIXe siècle et début XXe siècle. Néanmoins une réserve nous paraît s’imposer : aucune communication ne prend en considération la situation nationale. Or une telle démarche aurait permis de constater que les problèmes de Louis Carton avec l’administration « centrale » n’étaient pas singuliers, mais qu’ils renvoient à une période où beaucoup d’archéologues dont les terrains se situaient pourtant sur le territoire français avaient maille à partir avec elle. Car, ne l’oublions pas, c’est à cette même époque qu’une législation qui devait s’appliquer sur le plan national et extra-national fut envisagée et proposée sans succès. Peut-être serait-il utile de relire à leur lumière quelques-unes de ces communications ?