Retour sur l’événement « La Science taille XX elles »

Retour sur l’événement « La Science taille XX elles »

Elles sont douze à poser fièrement. Blouses blanches, lunettes de protection ou éprouvettes en guise d’accessoires : la mise en scène est dépouillée mais laisse deviner leurs métiers. Sous l’objectif du photographe Vincent Moncorgé, ces scientifiques se sont prêtées au jeu. Leurs portraits s’inscrivent dans un projet de valorisation des femmes en science, « La Science taille XX elles ». Les 7, 8 et 9 juillet 2018, à l’occasion du festival Science in the City, ateliers et tables rondes se sont installés aux côtés de l’exposition photographique. À l’Espace des diversités et de la laïcité, des scientifiques s’attèlent à démanteler les idées préconçues sur la place des femmes dans le milieu. Avec une vingtaine d’intervenantes présentes chaque jour, les échanges ne manquent pas.

Direction le stand stéréotype pour évaluer le poids des clichés dans les sciences. Nathalie Aussenac-Gilles, chercheuse en informatique à l’Institut de recherche en informatique de Toulouse, est bien informée : « Il y a très peu de femmes dans les écoles d’ingénieur.e.s, seulement 5% », assène-t-elle. « J’ai fait un DUT génie électrique et informatique industriel et sur 180, on était 10. J’ai eu de la chance de faire partie de ces filles mais quand on est aussi peu dans la promotion, on ne comprend pas ce qui s’est passé », regrette-t-elle. « Moi je connais pourtant des filles en école d’ingénieur.e.s », intervient alors une jeune étudiante, venue profiter de l’événement. « Oui mais combien sont-elles ? », réagit la chercheuse en informatique. Réflexion faite, le chiffre de 5% s’applique bien dans ce cas présent.

Si le manque de femmes pose problème, la chercheuse en informatique fait remarquer qu’une absence d’hommes n’est pas plus souhaitable : « Certains secteurs sont trop féminisés. À l’école primaire, où il y a davantage d’institutrices que d’instituteurs, les enfants n’ont presque que des femmes comme figures de référence. Il faut attendre le collège pour avoir plus d’hommes dans l’enseignement. Ce n‘est pas bon que les élèves rattachent les femmes à leur enfance et les hommes à un apprentissage plus poussé. »
Lorsqu’on s’intéresse à l’aspect économique, on se rend compte que les secteurs ultra-féminisés sont moins reconnus. C’est simple : selon Nathalie Aussenac-Gilles, « pour comprendre si un métier est prestigieux, il faut regarder le pourcentage de femmes. » Plus elles sont nombreuses, moins leur profession serait réputée et rémunérée. Cela tiendrait en partie au fait que les femmes auraient moins de revendications et seraient, de ce fait, moins payées. Des tâches reléguées aux femmes

Cette répartition genrée des disciplines, les filles dans un domaine, les garçons dans un autre, semble apparaître tôt dans le cursus académique. « Ma fille et certaines de ses copines ne sont pas allées en sciences de l’ingénieur.e, en partie parce qu’il n’y avait que des garçons », signale Sandra Péré-Noguès, historienne au laboratoire Travaux et recherches archéologiques sur les cultures, les espaces et les sociétés. Les chiffres lui donnent raison : selon l’Observatoire des inégalités, seulement 3% des filles en terminale scientifique choisissent sciences de l’ingénieur.e comme enseignement de spécialité. L’historienne enfonce le clou : « Dans la classe de ma fille, tout le monde croyait que le meilleur élève était un garçon alors que ce n’était pas le cas. C’est bien la preuve que les filles sont dévalorisées. » La différenciation hommes-femmes n’épargne pas non plus les sciences humaines et sociales : « Je constate que les rôles ne sont pas distribués de la même manière en fonction du genre. En archéologie par exemple, le nettoyage de tessons revient plus souvent aux femmes », s’attriste Sandra Péré-Noguès. Quand on en revient à la surpopulation masculine dans certaines filières, les deux chercheuses se montrent favorables à l’ouverture de quotas « pour que les femmes soient acceptées dans une formation lorsque leurs dossiers sont au coude-à-coude avec ceux des hommes. »
D’autres sont plus partagées sur le sujet, à l’image de Sylviane Sabo-Etienne, chimiste au Laboratoire de chimie de coordination du CNRS et directrice adjointe de l’Institut de chimie de Toulouse. Venue présenter son métier, elle réfléchit à l’intérêt des quotas : « Je n’y ai jamais été réellement sensibilisée. C’est un outil utile mais il faut que la compétence prime avant tout. » Pour elle, les problèmes rencontrés par les femmes coïncident avec ceux de tout.e jeune scientifique. Malgré une féminisation du milieu de la recherche, auparavant à dominante masculine, se faire une place est rude : « Les jeunes collègues ne sont pas bien considéré.e.s et ne bénéficient pas d’assez d’autonomie, c’est le système français qui est comme ça », déplore-t-elle. Si le problème ne touche pas uniquement les femmes, force est de constater que la situation ne permet pas aux jeunes chercheuses de s’imposer.

Pour Nabila Jabrane-Ferrat, immunologiste au Centre de physiopathologie de Toulouse Purpan, il revient donc aux femmes de s’affirmer : « Rien n’est gratuit. Il faut oser se mettre en avant, elles peuvent y aller ! » La question des difficultés rencontrées par les femmes dans ce milieu semble l’étonner : « Peut-être qu’elles s’autocensurent parfois », suggère la chercheuse. Elle reconnaît cependant travailler dans une discipline où le manque de femmes ne se fait pas ressentir. La biologie attire en effet beaucoup. Comme les autres, si elle a accepté de participer au projet La Science taille XX elles, c’est pour souligner la diversité existant au cœur des métiers de la recherche.
Pour ces femmes scientifiques, se pose alors la question du public visé par ces événements. À qui s’adresse-t-on ? Les personnes présentes ne sont-elles pas déjà en faveur de la parité ? Nathalie Aussenac-Gilles hésite, s’interroge : « C’est vrai qu’on peut se demander si on ne prêche pas des convaincu.e.s… » Avant de reprendre, plus assurée : « Mais tant que des inégalités subsistent, il faut continuer de mettre en place ce type d’actions. À la longue, les messages passent. »
AD

– Bien qu’elles soient plus nombreuses que les garçons dans l’enseignement supérieur, les filles ne représentent que 40% des effectifs en filière scientifique et technologique. C’est ce ratio qui motive de projets comme « La science XX elles ». Qu’elles soient chercheuses, ingénieures, doctorantes, le parcours de ces femmes nous éclaire sur le besoin de diversité dans tous les domaines professionnels. Deux d’entre elles ont bien voulu témoigner sur le sujet.

Écouter aussi l’interview réalisée pendant l’évènement (fichier wav à télécharger sur le site Internet du CNRS voir lien ci-dessous). Avec Fatima L’Faqihi, ingénieure de recherche Université Paul Sabatier, au Centre de physiopathologie de Toulouse Purpan et Céline Parzani, ingénieure de recherche CNRS, au laboratoire TSE-Recherche.

Retrouvez les douze scientifiques du projet dans le cycle Femmes en sciences aux cafés du Quai coordonnés par l’Université fédérale de Toulouse et proposé par le CNRS MIP et Femmes & Sciences Toulouse.

Consultez les pages « La Science taille XX elles »

http://www.cnrs.fr/midi-pyrenees/la-science-taille-xx-elles/

Article à lire en ligne sur le site du CNRS