6e Atelier Statut et usages des archives de l’archéologie

Sortir de la guerre : l’archéologie après l’épreuve de la Grande Guerre

Annick Fenet – 

Historienne et archéologue ; laboratoire AOROC (CNRS-ENS-EPHE, PSL) / université de Lille/ PLH Erasme :

Hommes et patrimoines en sortie de guerre : une archéologie au parfum des Années folles ?

L’ouvrage collectif Hommes et patrimoines en guerre : l’heure du choix (1914-1918) (EUD, 2018) a mis en évidence un certain nombre de bouleversements provoqués par la Grande Guerre dans le milieu des archéologues et historiens de l’art. La paix retrouvée — le fait est lui-même à nuancer — ne signifie pas pour autant un retour pur et simple aux pratiques scientifiques d’avant-guerre. Les stigmates du conflit mondial et les transformations qui se font ainsi sentir, notamment sur le terrain méditerranéen et oriental, ne participent-ils pas eux aussi, à leur manière, à la fièvre des Années folles ?

WalterLeclercq

Fellow de la Society of Antiquaries of Scotland

Collaborateur de l’Université libre de Bruxelles

Craindre, haïr et pardonner. Les réseaux archéologiques internationaux et nationaux en Belgique pendant et après la Première Guerre mondiale

Lorsque sonna la fin de la Première Guerre mondiale, vint l’heure de pleurer ses morts. Le monde scientifique et archéologique – en ce qui concerne notre propos – n’y échappa malheureusement pas. En guise d’hommage, Joseph Déchelette fut notamment placé dans le tableau d’honneur de la Société d’Archéologie de Bruxelles aux côtés de Jean De Mot, tragiquement disparu dans les derniers jours de la guerre. Cette communication aura pour objectif de faire un état des lieux des réseaux archéologiques – si possible préhistoriens – à la sortie de la guerre et de voir comment ces derniers se sont reconstruits dans les années qui suivirent. Avant toute autre chose, nous dresserons un panorama de la recherche archéologique entre 14 et 18 : nous soulignerons entre autres les problèmes « techniques » ou encore le climat de suspicion flottant durant certaines rencontres ; enfin la destruction de certain documents d’archives. Nous analyserons également les germes du rejet de la science allemande qui est apparue en Belgique dès 1916 avec la parution du Manifeste des 93.

Anissa Yelles

Laboratoire PLH-Erasme

L’archéologie de l’image, témoignage de la difficulté de la recherche: Le cas pratique des archives photographiques de Jules de Laurière (1825-1894)

La photographie de ruines est un sujet quelque peu « hybride », au regard de son traitement au sein des archives françaises. En effet, les fonds sont classés dans les domaines disciplinaires les plus divers : histoire, architecture, sciences de la terre (géographie), histoire de l’art, et antiquité. Aussi, l’archéologue, ou l’historien de l’archéologie, peut-il espérer retrouver traces des tirages qui se rapportent aux fouilles et aux explorations des sites antiques, aussi bien dans les archives historiques, les bibliothèques nationales, les écoles artistiques, les musées d’ethnographie, d’anthropologie, d’archéologie, ou encore les muséums d’histoire naturelle. La valeur même de ces images, et leur nature, étant longtemps difficilement définissable, tiraillée entre documentation scientifique et témoignage de l’art, cette dispersion des sources ne pouvait en être qu’autrement. Pour prendre la mesure de cette difficulté rencontrée par le chercheur, nous nous proposons de présenter les archives rattachées au photographe voyageur Jules de Laurière (1825-1894). Cet archéologue est correspondant de la Société archéologique et historique d’Angoulême, il est également membre titulaire de la Société française de numismatique et d’archéologie, et de la Société des Antiquaires de France. Proche des membres de l’École française de Rome, il ne cessera de voyager à travers toute la France, l’Italie et l’Afrique du Nord, pour reproduire à travers le support photographique les sites et collections archéologiques de ces régions du monde. En 1873, il est le photographe officiel de la mission Héron de Villefosse en Algérie, par la suite il est chargé par la Société française d’archéologie de suivre les fouilles du Forum romain (en 1888). Concernant l’archéologie méditerranéenne, la production de ce photographe est aujourd’hui l’une des plus riches et des plus visibles au sein des archives françaises. Le corpus que nous nous proposons de présenter témoigne d’un parcours personnel multiple, suscitant des choix de dépôts et de dons morcelés entre institutions éminentes et associations scientifiques.

Sandrine Bouiller

Conservatrice Archives départementales de la Haute-Garonne

Présentation du livre:

« Un siècle en images. Le Sud-Ouest vu par Labouche frères », Privat, Toulouse, 2018.

Noël Coye

Pôle international de la Préhistoire

UMR 5608 – TRACES, université Toulouse Jean-Jaurès

Sylvie Grenet

UMR 7307 – IDEMEC, université d’Aix-Marseille

Capsule temporelle : créer des archives pour le futur

Le 15 septembre dernier, à l’occasion des journées européennes du patrimoine, deux manifestations se sont déroulées au même moment dans des lieux assez proches : à l’abri Cro-Magnon aux Eyzies-de-Tayac (Dordogne) et sur la place Saint-Sernin à Toulouse (Haute-Garonne). Dans les deux cas, il s’agissait de l’ensevelissement d’une capsule temporelle, geste qui, inscrit dans le cadre des journées du patrimoine remet d’emblée en question la notion même de patrimoine et les mécanismes de sa définition.

Interrogée sous l’angle patrimonial, la capsule temporelle s’apparente au monde de l’archéologie (ensemble clos) comme à celui des archives (par la nature des items déposés et par la notion de producteur).  Elle en diffère toutefois par deux grandes caractéristiques : son intentionnalité et l’expression présentiste qu’elle porte. A ce titre, elle développe un message patrimonial très particulier qui dresse un constat du présent et engage le jugement du futur.