Les 3ème journées “Jeunes chercheurs en histoire des religions” – Rome, juin 2012.

Le 11 juin 2012, la troisième journée des jeunes chercheurs en histoire des religions s’est tenue  à Rome, dans les locaux de l’université la Sapienza. Intitulée Symboles, objets et mots, à la croisée des sources littéraires et de la documentation archéologique. Nouveaux regards sur les cultes « orientaux » dans le monde romain, la réunion était consacrée aux plus récents travaux de doctorants ou de post-doctorants sur quelques uns des cultes anciennement regroupés sous cette dénomination.

Les études mithriaques étaient présentes à travers quatre des neuf communications livrées au cours de cette journée.
Alberto Gavini (Università degli studi di Sassari) s’est penché sur les provinces occidentales d’Afrique où, à la différence des cultes d’Isis et de Cybèle, le mithraïsme est resté discret et cantonné dans des zones militarisées.
J’ai présenté une étude sur Mithra et l’Apollon celtique en Gaule où se révèle une réception particulière du mithraïsme autour des cultes de sources apollinaires.
Raffaella Marchesini (la Sapienza, Rome) a effectué un bilan épigraphique du mithraïsme à Ostie, en reposant la question chronologique de son implantation et en revenant sur l’inscription du mithraeum dit du « palais impérial » où l’attribution de l’épithète antistes à un membre de la prêtrise mithriaque est encore discutable.
Francesco Massa (Université de Genève) a développé la vision stratégique de Firmicus Mæternus sur l’origine diabolique des cultes « orientaux », dont celui de Mithra, pour en justifier l’élimination.

Organisée par Marion Cazaux (Universités de Lille et la Sapienza) et par le professeur Alessandro Saggioro (la Sapienza), la manifestation était la troisième d’une série entamée à Toulouse en 2010. Ces réunions de jeunes chercheurs, antiquisants travaillant sur les cultes originaires d’Orient dans le monde romain, émanent d’un groupe informel constitué sur l’initiative de Laurent Bricault à l’automne 2009. Il s’agissait de faciliter le plus tôt possible la mise en relation de jeunes chercheurs travaillant sur des sujets proches, pour réagir entre autres à une impasse générationnelle qui a marqué les savants du XXe siècle, lesquels étaient accoutumés de travailler en solitaires, chacun pour soi, et souvent en concurrence les uns avec les autres. Ils n’ont pas ou peu formé de disciples ou alors ont sauté une génération, lorsque leur pré carré intellectuel était assuré. Cette génération, celle de L. Bricault, a compris la nécessité de constituer des réseaux de partage pour faciliter et démultiplier l’avancement des recherches, mais il a fallu en développer la pratique. Favoriser pour la génération nouvelle une mise en relation dès les années de formation, dans une époque heureusement propice à la culture de réseau, semble donc un enjeu didactique en soi.

C’est en l’occurrence chose faite puisque ce rassemblement évolutif de jeunes chercheurs a même suscité la création d’un groupe facebook : les Isiaci, après le succès des premières journées. L’inauguration toulousaine en janvier 2010, où six nationalités étaient présentes (français, hollandais, belges, suisses, italiens, grecs, turcs), a donné lieu à la publication de trois études dans le n° 84 de la revue Pallas, Isis au capitole, et la journée de Leyde aux Pays Bas, organisée en 2011 sous la direction du professeur Versluys, sera publiée dans le supplément n° 3 de la revue Mythos, éditée par l’université de Palerme. Magistralement organisée par l’université de Rome avec la participation de l’Academia Belgica qui a aimablement accueilli les participants non italiens, la troisième rencontre des  jeunes chercheurs a pérennisé la dynamique. Le 12 juin, une deuxième journée dévolue à un parcours commenté de la ville antique d’Ostie à notamment permis d’approcher cinq des dix sept mithraea actuellement attestés sur le site, avec en prime quelques visites hors programme, pour les plus déterminés, dont le beau mithraeum des sept portes.

Les communications les plus abouties seront publiées dans la revue Studi Materiali di Storia delle Religioni, à l’horizon 2013. Une quatrième journée est actuellement prévue à Erfurt, en 2014.