1902: Émile Cartailhac et son “mea culpa” fondateur

Cet opuscule revient sur un acte singulier de la carrière du préhistorien Emile Cartailhac (1845-1921) : sa reconnaissance de l’existence d’un art pariétal, moment fondateur d’un nouveau champ de la préhistoire auquel son jeune compagnon l’abbé Henri Breuil allait donner ses lettres de noblesse. C’est dans un article publié dans L’Anthropologie en 1902 que Cartailhac dont la renommée est alors internationale fait « amende honorable » en rappelant l’erreur de jugement qu’il avait faite à l’annonce par le Comte Sanz de Sautuola de la découverte de peintures dans la grotte d’Altamira (près de Santander en Cantabrie).

A l’époque, nous sommes en 1879, Cartailhac ne s’était pas rendu sur place pour constater de visu l’authenticité de ces peintures, mais il avait bien pris connaissance de cette découverte au Congrès international d’anthropologie et d’archéologie préhistoriques qui se tint l’année suivante à Lisbonne. En 1881, cependant, il avait dépêché à Altamira l’ingénieur des Ponts et Chaussées, Edouard Harlé, afin que ce dernier fasse un rapport qui fut publié aussitôt dans la revue des Matériaux pour l’histoire primitive et naturelle de l’homme, revue que Cartailhac dirigeait (1). Comme bien d’autres préhistoriens, au premier rang Gabriel de Mortillet, Edouard Harlé s’était montré extrêmement prudent et n’avait sans doute pas voulu céder aux pressions qui existaient en Espagne et en France. Bien plus tard, dans une lettre qu’il adressa à l’abbé Breuil le 24 avril 1902, Cartailhac lui écrivait : « Je m’accuse d’avoir sous l’influence néfaste d’un ingénieur des ponts et chaussées d’ailleurs paléontologiste habile refroidi l’enthousiasme de ce brave Comte de Sautuola et induit le public en un scepticisme faux. Je vais commencer ma campagne de réhabilitation grâce aux admirables faits nouveaux que vous apportez. »  Certes, Cartailhac avait beau jeu de rejeter a posteriori la faute sur Harlé, mais cette découverte avait allumé une réelle polémique dans le milieu des préhistoriens.

Pourtant, et comme le montre Michel Barbaza, la revendication de l’authenticité de cette découverte n’allait pas cesser en Espagne, et ce malgré la mort dramatique du Comte lui-même. En France, les découvertes continuaient dans le Périgord, en Gironde, en Ariège…. Nier toute possibilité de la réalité d’un art préhistorique devenait donc intenable sur le plan scientifique, et dès 1901, c’est à un revirement total que procède Cartailhac et qui trouve sa finalité dans ce mea culpa, figurant dans l’histoire de l’archéologie comme un exemple d’intégrité à la fois scientifique et morale (2). Comme il l’écrit, il s’agissait « d’avouer nettement et réparer » une « injustice » commise vingt ans plus tôt. En reprenant tous les arguments du rapport de Harlé, y compris l’un de ses relevés, Cartailhac parvenait à la conclusion qu’il n’existait « aucune raison de suspecter l’antiquité des peintures d’Altamira » (p. 354).

Quelques semaines après la parution de cet article, à l’automne 1902, Cartailhac et Breuil prenaient le chemin de l’Espagne et arrivaient à Altamira où ils devaient travailler aux relevés des peintures. Le fruit de leurs travaux fut publié en 1906 grâce au soutien financier d’Albert Ier de Monaco.

(1) Ed. Harlé, « La grotte d’Altamira (près de Santander). Avec une planche », Matériaux pour l’histoire primitive et naturelle de l’homme, 1881, XII, 2e série, p. 275-283.

(2) E. Cartailhac, « Les cavernes ornées de dessins. La grotte d’Altamira, Espagne. “Mea culpa” d’un sceptique », L’Anthropologie, 1902, XIII, p. 348-354.



Citer ce billet
Sandra Péré-Noguès (2022, 2 juillet). 1902: Émile Cartailhac et son “mea culpa” fondateur. Cahiers d'histoire ancienne et d'archéologie de Toulouse. Consulté le 24 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mmm9

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search