Du genre en préhistoire

 

Archéologue à l’Institut national de Recherches archéologiques préventives (INRAP), spécialiste d’archéologie funéraire et d’archéologie du genre, lithicienne, Anne Augereau a consacré son habilitation à diriger des recherches aux « Femmes néolithiques » titre générique de son ouvrage dont le sous-titre est « Le genre dans les premières sociétés agricoles ». Loin du tapage médiatique qui avait entouré le documentaire et le livre « Lady Sapiens. A la recherche des femmes de la Préhistoire », il propose un état des lieux précis des connaissances sur la question du genre à l’époque du Rubané, « l’une des premières cultures néolithiques européennes ». Sur plus de trois cents pages, dont une cinquantaine de bibliographie très complète, l’autrice décline les débats issus du croisement des données fournies par l’archéologie et d’autres disciplines, notamment la paléogénétique qui a considérablement renouvelé les approches.

Dès l’introduction, Anne Augereau ne se contente pas de convoquer seulement les travaux de ses collègues préhistorien.ne.s, mais elle fait aussi référence aux études des historiennes comme Eliane Viennot, ou aux travaux des anthropologues dont la présence est constante tout au long du livre[i]. La réflexion générale se déploie ensuite autour de trois chapitres dont la longueur assez inégale de l’un à l’autre s’explique par la démarche très didactique de l’autrice. Une démarche à laquelle les éditions CNRS ne répondent cependant pas sur le plan qualitatif, car la majorité des illustrations (cartes, tableaux, planches) sont beaucoup trop petites pour être lisibles, voire compréhensibles. On ne peut que le regretter et espérer que s’il y avait une autre publication, elle soit réalisée dans un format plus adapté.

Mais venons-en au contenu du livre lui-même. Dans un premier chapitre copieux, Anne Augereau fait une remarquable synthèse des travaux sur le genre et l’archéologie du genre, dont le développement est récent en France. Elle pointe les difficultés de l’approche archéologique aussi bien du point de vue méthodologique qu’analytique, sans oublier le fait que le travail de terrain peut aussi souffrir de certains biais, notamment celui de savoir qui est au bout de la truelle. D’emblée se pose une question essentielle, celle de la visibilité du genre dans les données archéologiques, et, à l’instar de Marie-Louise Stig Sørensen (et d’autres), l’autrice souligne le fait que l’archéologie du genre revient à « l’étude des manifestations matérielles de la différence » (p. 35). Suivant aussi les travaux des anthropologues, Anne Augereau se propose d’aborder la question selon quatre critères : l’identité de genre, les rôles de genre, les attributs de genre et l’idéologie du genre (p. 33). Si les identités de genre jouent au niveau individuel et au niveau collectif, l’archéologie ne donne accès en réalité qu’à ce dernier niveau, soit celui de l’identité sociale tel qu’il est perceptible à travers l’analyse des costumes funéraires notamment. Sur ce point, on peut regretter que l’autrice n’ait pas consulté les travaux d’Emilie Millet sur la notion de costume funéraire établie à partir de sépultures protohistoriques. Puis l’autrice considère les rôles de genre, ce qu’on désigne aussi comme les assignations, qui sont corrélés à d’autres facteurs comme celui de l’âge. Elle propose ensuite de s’intéresser, à partir des objets, à l’acquisition de ces rôles dès le plus jeune âge, mais aussi à l’univers symbolique auxquels ces mêmes objets peuvent renvoyer. D’autres domaines comme l’organisation de l’espace, l’alimentation, les origines des individus, le traitement funéraire, etc… permettent également de percevoir des inégalités de genre et d’interroger la notion de pouvoir dans ces sociétés qui ont été considérées parfois – et à tort – comme égalitaires. Un tableau clair et utile résume toutes ces correspondances entre matérialité du genre et données archéologiques (p. 56-57). Un état de l’art suit le discours théorique rappelant comment, pendant plusieurs décennies, deux pôles se sont dessinés dans la communauté des néolithiciens, les uns croyant que les femmes disposaient d’un statut élevé en raison de leur rôle dans l’alimentation, les autres préférant considérer que les femmes s’étaient retrouvées dans une situation beaucoup plus dégradée du fait des activités d’élevage et de leur relégation dans la nouvelle sphère domestique. Rappelons aussi les travaux de Marija Gimbutas sur l’abondance des figures féminines et leur relation avec un culte de la déesse-mère. Leur réexamen, quarante plus tard, par Alain Testart aboutissait à des conclusions radicalement différentes : ces représentations féminines seraient justement des indicateurs du « contrôle » de l’image des femmes et de leur domination. Finalement, et à l’exception de quelques travaux comme ceux de Claudine Cohen, l’analyse de la place des femmes et a fortiori du genre au Néolithique reste insuffisante voire incomplète pour Anne Augereau, alors qu’à l’inverse, les études sur la masculinité à travers certains objets ou des pratiques comme la chasse sont plus nombreuses.

Le second chapitre fait un point sur cette période du Rubané, période située entre 5500 et 4900 avant notre ère, et dont l’extension géographique couvre un million de km2, de la Roumanie jusqu’au Bassin parisien. A cette période correspond l’arrivée de populations venues des Carpates, populations issues de groupes eux-mêmes originaires du Proche-Orient. Ce mouvement vers l’Ouest de l’Europe a donné lieu selon les contextes à des relations différentes entre populations mésolithiques présentes dans ces régions et migrants. C’est aussi dans ce chapitre que l’autrice présente son corpus : une carte permet de situer les principaux sites évoqués dont les données ne recensent pas moins de 3 000 individus (figure 7). Néanmoins, Anne Augereau choisit à juste titre de réduire considérablement son inventaire à 378 hommes, femmes et enfants pour lesquels les données anthropologiques sont sûres, suffisamment étoffées et la qualité des fouilles indiscutable.

Elle commence par la question de la distribution des biens funéraires dont la figure 18 fait là encore une synthèse très claire. Pour la période la plus ancienne du Rubané on peut ainsi constater des exemples de sépultures féminines dotées d’apparat plus ou moins grand, voire des éléments aussi remarquables que celui de la femme n°70 de la nécropole de Bucy-le-Long dans l’Aisne qui portait une coiffe ornée d’un pourtour composé de perles de divers coquillages et de 82 canines de cerf (p. 123), ou encore la cape brodée de dentales (p. 127 figure 15) découverte dans la nécropole de Vert-la-Gravelle/Le Bas des Vignes (Marne). Le spondyle reste pour cette époque le dénominateur commun des éléments funéraires de la Transdanubie au Bassin parisien. L’analyse des identités de genre mène donc à un premier constat : l’identité masculine est beaucoup plus marquée que l’identité féminine et ce dans toutes les régions à l’exception du Bassin parisien. Cette identité masculine ressort de la présence constante d’une ou plusieurs herminettes, de celle moins régulière de haches polies, de flèches, d’andouillers en bois de cerf – tous réservés aux adultes – et de briquets à percussion. Tous ces marqueurs sont des symboles de masculinité, de virilité, alors qu’il n’existe pas vraiment d’outillage spécifiquement associé aux femmes. Seule la parure reste un marqueur mais encore est-il plutôt un marqueur social.

Du point de vue des rôles de genre, les données de la bio-archéologie apportent des éléments qui confortent l’idée d’une division sexuée du travail : les stries dentaires observées chez certaines femmes des régions orientales montrent par exemple leur rôle dans le filage ; la robustesse des os des bras révèle aussi qu’une de leurs activités résidait dans le travail de mouture. Concernant les activités de chasse, de combat ou le travail du bois, toutes semblent relever de la sphère masculine, ce qui est corroboré par les traces repérés sur les bras droits de certains individus mâles. D’autres activités telles que le travail des peaux semble avoir requis la participation des deux sexes.

Ces assignations de genre semblent aussi intervenir très tôt dans la vie des individus : dès le sevrage (soit vers l’âge de deux ans), les attributs sont déjà déterminés entre sexes, et l’alimentation sera différenciée au milieu de l’enfance. Notons au passage la découverte de sortes de poupées façonnées sur des os de caprinés ou bovins, comme celles découvertes à Berry-au-Bac (p. 174-175). Ces processus d’acquisition du genre mériteraient d’autres études, avertit Anne Augereau, en particulier l’association dans la mort entre certains types de production lithiques et des individus d’âges différents (p. 180).

Enfin, plusieurs éléments montrent des différences et des inégalités sensibles entre les deux sexes. Les études sur les taux de strontium relevés sur quelques sites révèlent ainsi une certaine mobilité des femmes, alors que les hommes dotés d’objets à forte masculinité comme l’herminette semblent rester sur le même territoire depuis leur enfance. Cette circulation des femmes est probablement liée à un système matrimonial qui privilégiait les lignées patrilocales. A la fin du Rubané, on peut aussi observer des actes de violence comme l’indique la fosse de Talheim (Bade-Wurtemberg) datée de la fin du VIe millénaire qui rassemblait les dépouilles de 34 individus massacrés mais sans qu’il y ait une seule jeune femme adulte parmi eux. Un même constat a été fait sur un site de Basse-Autriche, à Asparn an der Zaya/Schletz, ce qui laisserait supposer des cas de rapts de femmes qui auraient pu mal tourner (p. 212-213). Une différenciation apparaît également à partir des données bucco-dentaires dans les diètes qui sont composées de plus de féculents pour les femmes et de moins de protéines. De manière générale, la transition des sociétés de chasseurs-cueilleurs aux sociétés néolithiques a été marquée par une réduction de la stature moyenne des individus, mais une diminution plus forte chez les femmes du fait de « stress alimentaires plus sévères » (p. 190). Quant au traitement funéraire, il est aussi variable : si des groupes se structurent autour de tombes masculines dotées d’herminettes dans des nécropoles, des groupes de sépultures de femmes parées et d’enfants peuvent être trouvés à proximité de l’habitat comme dans la vallée de l’Aisne. Là encore, le Bassin parisien semble se distinguer par l’absence de sépultures à équipement masculin, de traces de violence aussi, et par une organisation funéraire selon la triade maison/femme/enfant, mais l’autrice reste prudente en raison du peu d’exemples connus.

Malgré l’originalité du Bassin parisien, Anne Augereau convient que cette société rubanée présente des caractères patrilocaux et même patriarcaux évidents : ce sont les hommes à herminettes qui devaient assurer « la stabilité territoriale du groupe » ainsi que sa stabilité économique et sociale. Le statut de ces hommes aurait donc créé une inégalité entre sexes et une hiérarchie sociale acceptée par le groupe. Il est probable qu’à l’extrême fin du Rubané l’autorité de ces hommes ait évolué vers un « système d’identité de caste » (p. 229) dans beaucoup de régions, sauf le Bassin parisien et la Hongrie. Quant aux femmes porteuses de grand apparat du Bassin parisien et de Haute-Alsace elles devaient probablement jouir d’une place privilégiée dans le groupe, mais une place liée à leur « adhésion aux symboles masculins » et donc à leur acceptation d’une subordination aux hommes. Or celle-ci semble se deviner dès le Mésolithique, voire le Paléolithique, comme en témoigne l’activité de taille des matières premières de bonne qualité (radiolarite ou obsidienne), activité qui est restée l’apanage des hommes durant toutes ces périodes. L’hypothèse d’un patriarcat déjà en germe durant le Mésolithique est tout à fait recevable pour l’autrice, le Néolithique s’inscrivant dans la continuité de ce que Françoise Héritier nommait la « valence différentielle des sexes » (p. 239).

 

Le livre d’Anne Augereau devrait durablement marquer l’historiographie de l’archéologie du genre et même si des données nouvelles obligeront à réviser certaines de ses hypothèses, l’autrice a tiré les fils d’une solide toile que chaque archéologue, homme ou femme, devra remettre sur le métier.

[i] Signalons qu’elle est aussi la coordinatrice avec l’anthropologue Christophe Darmangeat d’un opuscule intitulé « Aux origines du genre », publié en octobre 2022 et qui rassemble des textes courts mais très instructifs d’archéologues et de paléoanthropologues.

 

Compte-rendu : Anne Augereau, Femmes néolithiques. Le genre dans les premières sociétés agricoles, Paris, CNRS Éditions, 2021

Sandra Péré-Noguès (Université Toulouse 2 Jean Jaurès – TRACES UMR 5608)



Citer ce billet
Sandra Péré-Noguès (2023, 11 janvier). Du genre en préhistoire. Cahiers d'histoire ancienne et d'archéologie de Toulouse. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mmma

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search