Chronique d’épigraphie et de numismatique

Compte-rendu  (publié dans Bryn Mawr Classical Review) de l’ouvrage de Laurent Dubois, Inscriptions Grecques Dialectales de Sicile. Tome II. Hautes Études du monde gréco-romain 40.   Genève:  Droz, 2008.

CHAAT-inscriptions-grecques-sicileLaurent Dubois, professeur à l’École Pratique des Hautes Études, propose dans ce recueil (par commodité IGDS II) un nouveau choix d’inscriptions découvertes en Sicile depuis la parution de son premier travail publié dans la collection de l’École Française de Rome en 1989. Comme l’auteur l’explique dans son introduction, des découvertes et des publications ont en effet sensiblement renouvelé le corpus épigraphique, si l’on songe aux tessères de Camarine, à la Lex sacra de Sélinonte et à la loi sur bronze d’Himère.

Dans sa présentation générale, L. Dubois suit le plan qu’il avait choisi dans son premier recueil: 114 inscriptions sont ainsi présentées par groupe colonial (soit 4 chapitres: colonies eubéennes, mégariennes, corinthiennes et rhodiennes), et par régions (soit 2 chapitres: l’ouest sicilien et le centre-est de l’île); 12 inscriptions d’origine incertaine sont réunies dans un septième et dernier chapitre[1]. Deux annexes, l’une concernant les caractéristiques paléographiques et graphiques, l’autre portant sur les spécificités dialectales, complètent l’étude philologique du corpus. La bibliographie est relativement succincte mais chaque inscription est introduite par un apparat bibliographique bien fourni. Six indices recensent enfin les anthroponymes, les toponymes (et autres données géographiques), les divinités (sanctuaires et fêtes), les noms de mois, les verba potiora et les notabilia varia.

En tête de chaque section relative à une cité ou à un site connu, il glisse des corrections et des ajouts bibliographiques à son précédent travail, en tenant compte des débats et des acquis les plus récents comme pour les tablettes d’Entella qui sont brièvement évoquées (IGDS II, p. 163). Mais c’est surtout le corpus d’inscriptions nouvelles et souvent traduites par ses soins qui doit retenir l’attention. Cette nouvelle moisson de documents se révèle dans bien des cas assez décevante compte tenu de leur nature propre. La majorité des documents épigraphiques n’apporte guère de connaissances directes dans le domaine civique et politique[2]. Les inscriptions sur pierre sont pour la plupart des épitaphes, à l’exception de quelques inscriptions de Ségeste qui sont des consécrations de monuments faites dans un cadre évergétique et à des époques différentes. Comme le remarque justement L. Dubois, certaines cités, telles Naxos ou Léontinoi, offrent un corpus épigraphique presque indigent au regard de leur histoire. La même remarque vaut pour la cité de Catane, bien qu’à l’exemple de Naxos cette carence soit en partie compensée par l’épigraphie monétaire.

Néanmoins l’apport majeur du corpus établi par L. Dubois est de mettre à jour et de rendre plus cohérente une bibliographie souvent disparate sur des documents appartenant pour un grand nombre à des collections privées. Des interprétations nouvelles sont proposées sur les tessères de Camarine qui feraient référence non pas à 15 phratries mais à 18. L. Dubois écarte aussi dans le lot des 150 tessères découvertes en 1987 la tessère no 6 (IGDS II, no 47), qui par sa taille et sa présentation correspondrait à un texte de malédiction. Si beaucoup d’inscriptions s’insèrent dans des séries comme les contrats de vente de Camarine ou celui de Syracuse, d’autres sont des documents d’un contenu assez exceptionnel (comme la tablette de malédiction d’Agrigente de la fin du Vè siècle qui atteste de l’adoption de trois jeunes filles: IGDS II, no 76) ou encore des témoignages–plus rares–d’échanges culturels (comme l’abécédaire sur tesson d’amphore de Motyè: IGDS II, no 79). Pour la Lex sacra de Sélinonte (IGDS II, no 18), l’étude de L. Dubois est enrichie par une nouvelle traduction solidement argumentée.

Ce supplément devrait donc rendre service à tous ceux qui s’intéressent à l’histoire de la Sicile grecque et plus généralement au monde grec occidental.

Sandra Péré-Noguès

Conpte-rendu (publié dans Bryn Mawr Classical Review) de l’ouvrage de Mariangela Puglisi, La Sicilia da Dionisio I a Sesto Pompeo: circolazione e funzione della moneta. Pelorias 16.   Messina:  Dipartimento di Scienze dell’Antichitè dell’Università degli Studi di Messina, 2009.

La_Sicilia_da_Di_4dd63a9e2ab12Ce gros ouvrage de plus de 500 pages est le fruit d’un Doctorat de Recherche en Archéologie et Histoire mené par Mariangela Puglisi à l’université de Messine dans l’équipe de Maria Caccamo Caltabiano. Le sujet est ambitieux, puisqu’il s’agit d’étudier diachroniquement « le phénomène de la circulation monétaire en Sicile », des origines à Sextus Pompée, soit plus de quatre siècles d’histoire monétaire sicilienne. Le sujet est aussi compliqué du fait de la dispersion des données, mais surtout du manque d’études systématiques des collections et des monnayages recueillis sur le terrain. Malgré ces handicaps, l’auteur est parvenue à proposer une publication qui, en dépit de quelques faiblesses, est une intéressante synthèse de l’histoire monétaire sicilienne.

M. Puglisi commence son analyse par une recension assez exhaustive des publications générales et spécifiques sur le sujet (p. 17-49), puis elle expose les principes méthodologiques qu’elle a choisis, tout en insistant sur les difficultés rencontrées aussi bien dans l’état des publications de certains sites que dans l’accès direct à certaines collections (p. 51-58). Son objectif est dans un premier temps de faire un inventaire différencié des monnayages par zone géographique en distinguant les exemplaires selon leur provenance (fouilles, découvertes fortuites ou trésors). Dans un second temps, la confrontation de toutes les données régionales doit permettre une reconstruction diachronique de l’histoire monétaire sicilienne.

La première partie définit l’« inquadramento storico-archeologico-numismatico » de l’étude (p. 59-93). Si le chapitre consacré au contexte historique (p.61-70) est convenu, la présentation du cadre archéologique et topographique (p. 71-78) est beaucoup plus intéressante, puisque l’auteur revient sur la question des communications – en particulier les routes et les ports – en somme toutes les voies d’échanges, ainsi que leur articulation avec l’habitat aussi bien urbain que rural. Plusieurs cartes et un tableau (Tabella A) situées malheureusement en fin de volume agrémentent la démonstration qui n’échappe toutefois pas à un certain déterminisme géographique. Un troisième chapitre (p. 85-93) porte sur les ateliers monétaires et la variabilité de leur localisation. L’auteur note que l’activité des ateliers se révèle étroitement associée à la situation politique : à l’époque de Denys l’Ancien ou encore d’Agathocle, on peut ainsi observer une réduction sensible du nombre des ateliers et une variabilité moindre dans leur localisation. Cependant, les observations de l’auteur restent prudentes dans la mesure où beaucoup de frappes ne sont pas clairement rattachées à des ateliers précis, les ateliers n’étant pas eux-mêmes toujours identifiés.

Au cœur de la seconde partie se trouvent trois catalogues dont l’utilité est incontestable au regard des difficultés que pose la documentation monétaire de la Sicile. Le premier catalogue (p. 97-178) recense les découvertes monétaires fortuites par sites de provenance, eux-mêmes regroupés selon les provinces actuelles. Le second catalogue (p. 181- 219) fait un inventaire commode des trésors monétaires qui sont présentés dans l’ordre chronologique. Quant au troisième catalogue (p. 221-353), il s’agit d’un inventaire illustré et commenté des séries en bronze qui se fonde essentiellement sur un travail de collecte bibliographique. Si les catalogues concernant les découvertes s’avèrent indispensables pour avoir une idée des monnayages et de leur circulation, le fait d’avoir retenu les seules séries en bronze – les plus nombreuses et les mieux connues –pose à notre sens problème car il oriente le lecteur vers une approche quelque peu déformée de la réalité monétaire en Sicile, notamment à l’époque de Denys l’Ancien.

De fait, dans la troisième partie intitulée « La funzione della moneta dall’età dionigiana all’età repubblicana » (p. 355-389), l’auteur revient sur ce point en essayant d’interpréter l’ensemble des données de circulation. Après avoir traité brièvement des débuts des frappes qui apparaissent exclusivement dans les colonies grecques, elle insiste plus longuement sur la période liée au règne de Denys l’Ancien. A cette époque, le recours au bronze lourd se serait imposé pour payer notamment les armées, hypothèse défendue par Maria Caccamo Caltabiano. Elle repose sur deux facteurs : les lieux de trouvailles de ces émissions de bronze qui suivent les routes empruntées par les troupes mercenaires du «tyran» de Syracuse, et les surfrappes réalisées par les communautés mercenaires qui ont fait l’objet d’une étude de Daniele Castrizio[3]. M. Puglisi accepte cette interprétation et choisit de mettre à part les autres émissions de la fin du Ve siècle : selon elle, elles auraient circulé à un niveau différent ou encore elles auraient été frappées à des dates différentes, dans tous les cas avant le règne de Denys l’Ancien. La démonstration laisse un peu perplexe sur bien des points. Replacée dans une perspective diachronique, l’histoire monétaire sicilienne, plus particulièrement syracusaine, révèle incontestablement une anomalie pour la période dionysienne, mais à la lecture des conclusions certes « transitoires » de l’auteur, on peine à en saisir les véritables motifs si ce n’est le poids économique de la guerre. Signalons au passage que cette période s’avère d’autant plus exceptionnelle qu’elle ne se reproduira pas dans l’histoire monétaire de l’île. En définitive, l’auteur revient à une vision assez traditionnelle : l’affirmation du phénomène monétaire en Sicile serait étroitement liée aux faits politiques, plus particulièrement aux guerres.

D’abondants appendices (34 cartes et 4 tableaux synthétiques) ainsi que soixante pages de bibliographie complètent cet ouvrage qui ne manquera pas d’être utile à nombre de numismates, archéologues et historiens spécialistes de la Sicile.

Sandra Péré-Noguès


[1] Il faut signaler que ces 12 inscriptions ont toutes été publiées par G. Manganaro ces dernières années.

[2] Sur ce point, on peut toutefois se reporter à F. Ghinatti, Assemblee greche d’Occidente, Turin, 1996.

[3] D. Castrizio, La monetazione mercenariale in Sicilia. Strategie economiche e territoriali fra Dione e Timoleonte, 2000.