Du gaulois à la Gaule – Chronique linguistique, historique et archéologique – Introduction 1

Ici commence une série de « Chroniques » consacrées à ce que nous savons aujourd’hui de la langue, disons plutôt des parlers vernaculaires, ou si l’on préfère des dialectes d’une même « langue » parlés, aux derniers siècles avant notre ère mais sans doute déjà bien avant, par « nos ancêtres les Gaulois » (documents et interprétations). Il s’agit de répondre à la question suivante : qu’est-ce que ce savoir peut nous apprendre de leur civilisation ou, au sens le plus large du terme, de leur « culture » ? Ces chroniques n’ont d’autre ambition que de mettre à la disposition des archéologues et historiens intéressés par le sujet quelques-unes des données aujourd’hui acquises – faut-il dire conquises ? – par la linguistique : la linguistique considérée non comme une fin en soi, mais comme le moyen d’une confrontation des mots et – quelquefois- des phrases conservés du gaulois avec les données issues des prospections et des fouilles sur le sol de la Gaule.  Deux observations liminaires s’imposent, concernant d’une part la matière de l’étude, d’autre part les compétences, intentions et centres d’intérêt de l’auteur.

1.- D’une part, le lecteur ne devra pas être surpris des limites ni des incertitudes de la documentation linguistique sur la partie gauloise de ce que l’on appelle le « vieux celtique continental ». Elles tiennent à la nature même du matériau examiné : par définition, nous ne possédons que très peu de « sources gauloises », puisque les groupes humains celtophones écrivaient peu, et que les rares textes suivis, qui sont d’écriture latine et d’époque récente (Ier s. ap. J.-C.), comme la tuile de Châteaublau ou le plomb du Larzac, échappent encore en grande partie à notre compréhension. Même les sources plus brèves et d’accès plus direct restent souvent d’interprétation délicate, faute, la plupart du temps, de « clefs du gaulois » autres que comparatives et, pour une part, hypothétiques. A quoi il faut ajouter la difficulté classique, qui vaut pour les Gaulois comme pour les Grecs et les Latins,  de « croiser » informations archéologiques et informations textuelles ou linguistiques : l’apport des unes et des autres ne se situe, la plupart du temps, pas sur le même plan. Au demeurant, le caractère parcellaire de la documentation, éparpillée dans le temps comme dans l’espace, et les questions herméneutiques qu’elle soulève ne sont pas si différents d’un univers scientifique à l’autre. Faut-il ajouter, à l’intention des plus « positivistes » des lecteurs, en qui sommeille l’éternel saint Thomas, que la linguistique n’est ni plus ni moins concrète, dans son objet, que l’archéologie : qu’y a-t-il de plus concret, de plus charnel qu’un mot, qu’une suite de sons, de « phonèmes » articulés par une voix humaine, pour évoquer des perceptions, des activités et des produits, en un mot une expérience humaine ? Qu’y a-t-il de plus historique que l’évolution de ces parlers, incluant les contacts qu’ils ont eus entre eux, avec d’autres langues et avec des réalités changeantes : vocabulaire, grammaire, syntaxe, comme le dit un langage normatif sans doute peu adéquat…

2.- D’autre part, l’auteur de ces chroniques doit d’emblée avouer les limites de ses compétences. Compétences au maximum « passives », lorsqu’il s’agit de linguistique, au sens où l’on distingue en cette matière compétence active (on est capable de parler et d’écrire une langue) et compétence passive (on la comprend sans être capable de la parler). Sans se prétendre le moins du monde linguiste « actif », c’est-à-dire… linguiste, le signataire de ces lignes s’estime en mesure de comprendre dans les grandes lignes de quoi parlent les celtisants. Au cours d’études aujourd’hui lointaines de Lettres Classiques et de « Philologie », il a eu le privilège de suivre cours et séminaires de M. Lejeune, G. Dumézil, P. Monteil,  P. Chantraine, A. Minard… et, récemment, d’avoir quelques échanges avec P.-Y. Lambert, F. Bader, P. De Bernardo Stempel. Il n’a pas de difficulté à lire « le Lambert » ou « le Delamarre », même s’il est infiniment loin de posséder la science de ces auteurs.  Muni de ce bagage modeste, mais sérieux, il peut donc mettre son expérience de l’archéologie (qui n’est elle-même « active » que pour le domaine romain et gallo-romain, passive pour les périodes plus anciennes) et son autre compétence, généraliste mais longtemps active, d’enseignant transmetteur de savoir historique, au service d’une entreprise transversale consistant à jeter des passerelles entre linguistes et archéologues en quête du fait global gaulois. A condition, répétons-le, de bien comprendre qu’il s’agit là d’un horizon lointain et théorique, non d’un objectif immédiat, et que rien ne serait pire que de vouloir à toute force, comme un certain « celtisme » y a parfois conduit, plaquer des constats linguistiques sur des réalités archéologiques, et réciproquement.1

Documents

carte-brun-1600-1800Carte de P. Brun tirée de l’ouvrage « Celtes et Gaulois. L’Archéologie face à l’histoire » Bibracte 12, 2006.

Cette première carte due à P. Brun, avec la marge d’hypothèse et d’incertitude qu’elle comporte (jusqu’où faire coïncider géographie archéologique et géographie linguistique ?), fait percevoir à quel point les langues celtiques ont dû être répandues en Europe Occidentale nettement plus tôt et plus loin qu’on ne le pensait encore récemment. Nous verrons plus tard que des arguments empruntés à la toponymie (pour l’Irlande) et à l’anthroponymie (pour la péninsule Ibérique), chaque fois à propos de l’or, militent dans le même sens. La carte qui suit, beaucoup plus classique, montre que la situation, un millénaire plus tard, n’avait changé que du fait d’une expansion due à des migrations.

carte-brun-400Carte : P. Brun

Extrait :

Entre pessimisme et optimisme, un regard de linguiste sur le progrès de nos connaissances  (P.-Y. Lambert, La langue gauloise, 2e éd., 2003, Postface)
« L’apparition de nouveaux textes [en gaulois], parfois assez longs, durant ces dernières années, permet de reprendre les recherches à partir de données renouvelées. Il suffit de compter combien d’informations grammaticales ont pu être acquises depuis le manuel de Dottin. 
Ce qui risque de manquer à présent, ce sont plutôt des chercheurs capables de traiter les nouveaux documents. Il leur faut suivre une formation très spécialisée (grammaire comparée des langues indo-européennes, grammaire comparée et histoire des langues celtiques). La dernière conférence internationale consacrée au celtique continental (mai 1993, Innsbruck) réunissait à peine une quinzaine de spécialistes, dont sept seulement travaillaient sur le gaulois.
Les perspectives offertes par l’étude du gaulois ne sont plus aussi fermées qu’elles l’étaient en 1918 [date « du Dottin »]. Les ouvrages consacrés à la reconstruction des langues celtiques utilisent de plus en plus le témoignage du gaulois et du celtique continental [lépontique, celtibère, breton…]. Bientôt, le gaulois disposera d’un véritable corpus épigraphique [le RIG]. Bref, le gaulois n’est plus du tout un fantôme : il a fait entendre sa voix. Et l’on doit tenir compte de son existence dans l’histoire des langues celtiques, parce qu’il n’est plus isolé… »

Trois indications sur des abréviations ou symboles couramment utilisés en  linguistique

Le signe < veut dire « vient de, a pour origine… » : français « temps » < latin tempus,  fr. « monument » < lat. monumentum,  fr. « alouette » < gaulois alauda,  « trogne » < gaul. trugna

Le signe >, inversement, veut dire que le mot qui précède, qui appartient à une langue ou un état de langue plus ancien, a « engendré » le mot qui suit. Ex. latin monumentum > français « monument », grec politikos > français « politique », gaulois trugna > « trogne », etc

L’astérisque *,  placée avant un mot ou une racine verbale, indique que ce mot ou cette racine n’est pas attesté dans un texte d’une langue connue, mais qu’il doit être postulé, en amont,  pour rendre compte des mots connus dans une langue ou différentes langues apparentées ; le cas typique est celui de la « racine indo-européenne ». Voici un exemple.

Pour expliquer la similitude entre les mots sanscrit duhitar, persan duxtar, grec thugatèr, gaulois duxtir, anglais daughter, allemand Tochter, vieux slave dušti, qui tous veulent dire « fille », on restitue la racine verbale indo-européenne *dhugh2ter, et on écrira

duhitar < *dhugh2ter, thugatèr <*dhugh2ter,  duxtir <*dhugh2ter, daughter <*dhugh2ter, etc (pour l’anglais et l’allemand, il faut naturellement restituer des formes médiévales intermédiaires). On voit comment la consonne dentale « aspirée » initiale (dh-) peut prendre selon les langues et les époques la forme d’une sonore d-, d’une sourde t- en allemand, ou d’un son comparable à celui de l’anglais that (dh-, th– : en grec). Le –g– lui-même, on le voit, prend diverses forme : g, h, š et, en gaulois, x, à prononcer comme le -ch allemand. Le signe h2 note de manière conventionnelle un son (une « laryngale ») qui, associé à une voyelle,  peut produire une voyelle variable, ici (après g-) -i- en sanscrit, -a- en grec, ou être réduit au degré zéro (absence de voyelle) comme ici dans les autres langues citées, ou dans les langues slaves (vieux sl. dušti). On remarque que le latin et donc les langues romanes expriment le concept de « fille » à l’aide d’une autre racine (en latin filia, féminin de filius, « fils » : filia > fr. « fille », esp. hija). Quant aux langues celtiques médiévales et modernes (irlandais, gallois, breton), elles n’ont pas non plus conservé de dérivé de *dhugh2ter

Quelques références initiales pour faciliter la lecture et éventuellement aller plus loin

DLG  X. Delamarre, Dictionnaire de la langue gauloise, 2e éd., Paris, Errance, 2003

EC  Etudes Celtiques, Paris : la revue de référence en langue française

GPN  D. Ellis Evans, Gaulish Personal Names, Oxford UP, 1967

IEW  J. Pokorny, Indogermanisches etymologisches Wörterbuch, 1959-69 (cons. sur Internet)

KGP  K. H. Schmidt, Die Komposition in Gallischen Personennamen, Tübingen, 1957

Krahe  H. Krahe, Unsere ältesten Flussnamen, Wiesbaden, 1964

LG  P.-Y. Lambert, La langue gauloise, Paris, 2e éd., 2003

Marichal  R. Marichal, Les graffites de La Graufesenque, Paris, CNRS, 1988

Meillet  A. Meillet, Introduction à l’étude comparative des langues indo-européennes, 1937

Nègre  E. Nègre, Toponymie générale de la France, Genève, Droz, 1990

Olmsted, Calendar  G. Olmsted, The Gaulish Calendar, Bonn, 1992

Olmsted, Gods  G. Olmsted, The Gods of the Celts and the Indo-Europeans, Innsbruck, 1994

RDG  N. Jufer et Th. Luginbühl, Répertoire des dieux gaulois, Paris, 2001

RIG  Recueil des inscriptions gauloises, 4 vol. en 5 tomes, Paris, CNRS, 1985-2002

RS  A.F.L. Rivet & C. Smith, The Place-Names of Roman Britain, Cambridge UP, 1979

  1. Il serait passionnant et fort utile, mais délicat, de « croiser » par exemple les démarches – elles-mêmes complexes – respectivement linguistique et archéologique de P. De Bernardo Stempel et de P. Brun dans les volumes de Bibracte 12/1 et 12/2, 2006 (P. de B.-S. : 12/1, p. 33-56 ; P. B. : 12/2, p. 29-44). Il est du reste caractéristique qu’aucune confrontation de ce genre n’ait eu lieu lors de ces échanges si riches, chacun se cantonnant pour l’essentiel dans son pré carré. []