Journée d’études du 12 décembre 2012 : Production “domestique” et production “artisanale”. La place du métal dans les sites protohistoriques

programme-12-12-12Résumés des communications de la journée d’études du 12 décembre 2012, Production “domestique” et production “artisanale”. La place du métal dans les sites protohistoriques.

Dans une brève introduction, J.-M. Pailler (UTM TRACES) salue la nouveauté que représente l’organisation de cette rencontre inter équipes (équipe “Protohistoire et  Mondes anciens” (coordination CAHPA)  et Pôle “Histoire et Archéologie du Métal”) du laboratoire TRACES sur un thème aussi ciblé et d’actualité scientifique forte. Il profite de la circonstance pour illustrer ce que peut apporter en matière d’exploitation et d’usage des métaux anciens la connaissance de la langue gauloise, en nette progression récente.

A. Gorgues (Ausonius Bordeaux 3) intervient pour clarifier des concepts trop souvent utilisés sans réflexion préalable. L’ « atelier » est pour nous aujourd’hui une notion concrète et objective, qui renvoie souvent à l’image du potier ; archéologiquement, c’est le produit d’une restitution, dans laquelle on projette sur l’espace fouillé des notions qui peuvent être anachroniques, ethnocentrées, décontextualisées. Exemples du sud de la Gaule et du nord-est de l’Espagne : l’îlot 1 de Pech Maho ne consiste pas en « entrepôts de marchands », mais (Y. Solier) en « maisons de marchands ».  Là, pas de séparation de l’artisanal et du domestique, pas de « maison-forge »,  mais cohabitation d’activités dans le même espace, pouvant porter la trace d’activités spécialisées mais itinérantes. Constat analogue à Castellet de Banyols, où se mêlent argent, bijoux, monnaies, galettes de plomb.
Quand et comment passe-t-on du domestique au spécialisé ? A Pech Maho, ce n’est pas pour de l’autoconsommation, mais par souci de débouchés externes. Le tissage est-il affaire domestique (cf. Lucrèce, I) ? Oui, mais on le trouve aussi à l’extérieur. On connaît aussi des cas d’ateliers de potiers isolés dans la campagne : il faut alors penser à une forme d’économie domaniale.
Finalement, le cadre de vie des élites joue un rôle majeur : c’est le « contrôle par la dette ». Le système est compétitif, se rapprochant déjà d’un clientélisme à la romaine. Le forgeron, comme détenteur de savoir-faire, fait en un sens partie de l’élite. Toute la maisonnée est au service d’une stratégie productive, à l’intérieur d’un lignage.

B. Armbruster (TRACES CNRS) présente l’outillage des métallurgistes protohistoriques dans l’Europe atlantique. L’utilisation de cet outillage repose sur la connaissance des propriétés physico-chimiques des matériaux. On souligne l’intérêt des découvertes d’outils en pierre de métallurgistes dans des dépôts funéraires chalcolithiques. Des représentations d’orfèvres d’Egypte illustrent l’importance des opérations de pesée et de mesure des métaux, et également le martelage à l’aide de marteaux en pierre. Deux ensembles importants d’outils en bronze du Bronze Final – de Bishopland (Co Kildare, Irlande) et de Génelard, Côte-d’Or – comprennent des enclumes et marteaux. Le dépôt français comporte aussi un marteau en pierre, objet rare dans l’outillage du Bronze Final. Sur des objets fabriqués l’étude des traces d’outils est primordiale pour cerner les techniques de fabrication.
La méthodologie interdisciplinaire combine des approches des sciences humaines (iconographie, archéologie expérimentale, ethnoarchéologie) et des sciences des matériaux (radiographie, microscopie électronique à balayage,  analyse de composition élémentaire). La tombe d’un orfèvre ibère à Cabezo Lucero (Alicante, Espagne) a livré 31 matrices parmi d’autres outils en bronze pour des techniques de la déformation plastique, ainsi que des outils de contrôle du travail.

B. Cauuet (TRACES CNRS) aborde ce qu’elle nomme le « caractère industriel de la production d’or au 2e âge du Fer en Gaule », caractère développé à partir de la fin du IIIe s. av. J.-C. Dans le territoire très riche en mines des Lémovices, les mines d’or sont à ciel ouvert et de petites dimensions avant cette date (Cros Galet Nord) ; ensuite, les chantiers deviennent souterrains, plus importants et le travail se spécialise (Cros Galet Sud). A la charnière des deux périodes, le secteur de Puy-des-Angles est vaste, mais encore en partie à ciel ouvert.
Aux Fouilloux, les traces de ces deux époques sont bien visibles et distinctes. Pour la seconde période, le recours à de nouvelles techniques a laissé des traces importantes : boisages supposant l’exploitation d’au moins 6 hectares de forêt, galerie d’exhaure, vis d’Archimède assurant la remontée d’eaux profondes… L’organisation spatiale est cohérente, mais laisse de côté des habitats voisins non permanents. Le long des fosses et du secteur minier se sont trouvées des traces de grillage et de concassage, ainsi que de la mise en place de meules rotatives. (annexe 4)

M. Berranger (IRAMAT-UTBM) développe le thème de la spécialisation en métallurgie du fer, au cœur de cette journée dont elle est l’invitée. Le postulat du métallurgistberranger-fibule-72-dpie spécialiste à temps plein, cher à Gordon Childe, a freiné une recherche qui s’est affinée récemment. Les travaux de Costin et Hagstrum 1995 (à propos des productions céramiques dans le Pérou préhispanique), ceux de Patrice Brun, Averbouh, Karlin, Méry et Miroschedji 2005-2006 y ont fortement contribué en reconnaissant des paramètres conditionnant l’organisation des productions. Les premières distinguent contexte de la production, selon qu’elle est plus ou moins contrôlée par des élites, concentration (séparation ou jonction des zones de production et de consommation), constitution des unités de travail selon leur nature et leur nombre, intensité du travail (entre temps plein et partiel). Les autres préfèrent retenir la taille de l’unité de production, la périodicité de l’activité, le niveau de dépendance vivrière, le volume de la production, le niveau de technicité.
Pour le métal, l’étude de la spécialisation repose principalement sur les déchets et chutes d’élaboration. M. Berranger le montre en examinant 4 sites majeurs : Paule, Levroux, Bibracte, Lacoste. A Paule et à Bibracte, on a des ateliers bien identifiés dans des quartiers structurés, planifiés au-delà du cadre familial. L’étude de la constitution des zones de travail permet d’aborder la transmission des savoir-faire entre pairs. Levroux et Lacoste n’ont livré, quant à eux, que des déchets. Des critères qualitatifs, et non seulement quantitatifs, permettent de comparer l’organisation des productions malgré une documentation disparate. Dans ces sites, l’activité est maintenue sur un temps long, avec déplacements éventuels (foyers, blocs tuyère, bacs de trempe). La spécialisation est attestée en fonction des types de pratiques (épuration ou forgeage), ou dans la fabrication de gammes de produits différents (fibules et lames à Levroux…). La standardisation des activités peut se traduire dans les déchets. Lacoste et Levroux présentent ainsi les mêmes séries de chutes métalliques (tôles de fourreaux). La hiérarchisation des savoir-faire, qui est la conséquence d’une inégalité d’apprentissages plus ou moins longs (cf. V. Roux 2000), permet de reconnaître des compétences allant du « simple » au « complexe » et à l’« expert », distinctions lisibles par l’identification de pratique de trempe, les soudures, les replis successifs…

G. Verrier, au nom de M. Demierre (Archeodunum), évoque les « spécificités de l’artisanat du métal sur le site de la ZAC Niel » à Toulouse. Rappel : 2,5 ha fouillés, 72 puits, 98 t d’amphores, 5 t de céramique ; avant 175 av. J.-C., ni amphore ni métal ; une occupation qui s’étend régulièrement jusqu’à l’abandon vers 100 av. J.-C.
Le trait dominant, en ce qui concerne le métal, est la diversité et le déplacement avec le temps des zones d’activité. Pour le travail en base cuivre, qui a donné notamment des fibules de Nauheim, les fosses-ateliers à banquette sont plutôt au nord, les fosses profondes au sud. Dans la zone 6, plus spécialement consacrée au fer, se trouvent, aux côtés de nombreux os, beaucoup de chutes de tiges et barres, des bouterolles en cours de fabrication, des battitures. D’autres activités de fabrication concernent la boucherie (bovidés et grands couteaux en zones 3 et 4), le textile et la meunerie (zone 7).

Luc Robbiola (CNRS TRACES) s’interroge : « Dorure ou corrosion d’une fibule à timbale en bronze du site de Corent (500 av. J.-C.) ? Un cas idéal pour apprendre à lire l’altération des bronzes archéologiques ». L’objet (3 cm de longueur, ép. 0,5 mm ; 1,12 g), trouvé dans un espace pauvre en vestiges, présente une couche superficielle d’interprétation délicate. Au terme d’une série d’analyses, l’examen en spectrométrie Raman révèle que la couche dorée est recouverte d’une fine couche bleutée contenant une forte proportion d’étain : il s’agit bien d’une patine, non d’une dorure d’origine.

P.-Y. Milcent (UTM – TRACES) présente « des productions métalliques intensives avant l’époque celtique » par les exemples de Fort Harrouard, de Bourges et de Corent. A Corent, au Hallstatt moyen (vers 600 av. J.-C.), un habitat uniforme occupe 2 ha ; cette époque a livré beaucoup de céramique ; le site est parsemé de bâtiments sur poteaux plantés, mais les fosses sont rares. Un bâtiment présente de petites fosses, recoupées par une fosse plus grande : vestiges probables d’un atelier métallurgique; parmi les quelques objets, un petit lingot d’or de 3,3 g, un bloc fragmentaire de pierre abrasive et des morceaux vitrifiés de paroi de four . L’ensemble, modeste, ne couvrait qu’une surface très réduite.
Fort Harrouard [Dreux < Durocasses, « l’enclos du bronze », en gaulois (JMP)], éperon barré de 6 ha, est le site européen qui, dès l’âge du Bronze final, a livré le plus de vestiges métallurgiques, même si le contexte de la découverte échappe le plus souvent ; outillage abondant, en pierre et en terre cuite : 36 creusets, des moules pour outils et armes ; mais peu d’objets.
Bourges se compare bien à Fort Harrouard, mais avec des secteurs d’activité nettement plus séparés, où l’on commence à distinguer de véritables ateliers et des traces de spécialisation aboutie. Au total, F. H. et Bourges représentent plutôt des exceptions, là où Corent est probablement typique d’une époque.

fibule-dubreucqEmilie Dubreucq et Anne Filippini (TRACES) traitent de « La fabrication des fibules à timbale comme marqueur d’une spécialisation des artisans du Hallstatt D1-La Tène A1. Nouvelles données d’après les sites de Bourges, Lyon et Plombières-lès-Dijon (France) ». Jusqu’à ces dernières années, les lieux de production et les ateliers du métal étaient plutôt mal connus, excepté sur quelques établissements comme celui de la Heuneburg. L’un des tournants de la recherche sur ce thème des ateliers est la découverte dans les années 90 en Suisse du site de Sévaz-Tudinges, ayant livré des structures d’ateliers en place, datées du tout début de LTA1. Côté français, ce sont finalement les découvertes quasi concomitantes au début des années 2000 à Bourges et à Lyon qui vont relancer ces questions, à travers l’étude des chutes standardisées de bronze et de fer liées à la fabrication des fibules à timbales [delgo en gaulois – JMP]. Ces dernières permettent de témoigner de savoir-faire et d’une technicité très spécialisés. Par contre, d’une manière générale, les espaces de travail demeurent mal connus, sauf à Plombières et surtout à Sévaz-Tudinges où l’on distingue l’organisation des postes de travail et une partition de l’espace entre une zone « domestique » et une zone « artisanale ».

Ph. Gardes (INRAP – TRACES) et Th. Le Dreff (TRACES) présentent « Espace urbain, division du travail et production d’objets manufacturés : le cas de Vieille-Toulouse, métropole des Tectosages ». Au Ier s. av. J.-C., l’urbanisation s’accélère. Les données exploitées sont celles de la campagne de 2007 et d’une reprise des fouilles anciennes. L’éperon couvre 100 ha, incomplètement fouillés ; au cœur, La Planho. Période de référence : 130-75 av. J.-C.
Eléments en fer : clous, plaques, tôles, fibules, couteaux.  – En alliage cuivreux : anneaux, tiges, fibules. Un ancien atelier de bronzier était recouvert par un four de potier. On note l’imbrication étroite de la trame urbaine et de l’activité artisanale, mais ici dans le cadre d’un secteur artisanal spécialisé.

L. Orengo (Archeodunum) s’intéresse à « La fabrication des objets manufacturés en fer en Gaule protohistorique : productions « domestiques » ou artisanales ? » Aux Rochereaux à Migné-Auxences (Vienne), près de Poitiers, A. Toledo i Mur a découvert deux enclos appartenant à une ferme datée des années 150-100 av. J.-C., où une petite fosse recelait nombre de petits creusets, de flans monétaires et de monnaies pictonnes (émissions de la 2e moitié du IIe s.). En ce lieu où figuraient nombre d’objets en fer (forces, couteaux…), un seigneur gaulois a donc battu monnaie dans cet habitat dont le plan apparaît somme toute modeste.
A Tournon (Ardèche), près du cours du Rhône, au pied d’un aplomb rocheux, les fouilles inédites de Julien Collombet ont livré des fibules et des fragments de fils en alliage cuivreux destinés à leur fabrication, de la vaisselle attique ainsi que des amphores massaliètes. Dans ce cas aussi, les vestiges suggèrent la présence en ces lieux d’un pouvoir qui a manifestement attiré à lui une partie des biens de prestiges (vaisselle et vin méditerranéen, production métallique) qui circulaient dans la vallée du Rhône au début du Ve s.

Le bilan de la Journée (communications et débats) est tiré par P.-Y. Milcent.
Il est important que l’archéologie des techniques dialogue avec l’archéologie « contextuelle ». La distinction entre mode de production « domestique » et mode de production « artisanal » n’est pas toujours aisée. Les indices du mode « domestique » sont une production vivrière qui vise à l’autoconsommation, ce qui n’exclut pas une spécialisation dans la production, mais celle-ci reste alors intermittente. Le stade « artisanal » implique des échanges, des spécialistes qui vivent de ce travail et y consacrent l’essentiel de leur temps. Mais ces artisans ne travaillent pas forcément dans un atelier disjoint de l’habitation. Leur poste de travail peut s’inscrire dans un cadre domestique, d’où les confusions parfois de terminologie. Il faut aussi tenir compte des fonctions d’entretien et de bricolage qui relèvent du mode de production domestique. Les réponses à ces questions varient au bout du compte selon les sites et les périodes ; le mot « habitat » recouvre lui-même des réalités bien diverses. Il faut savoir évaluer techniquement, notamment à partir des analyses, les degrés de savoir-faire incorporés dans la fabrication, le niveau de standardisation, les rapports qualité/quantité,  et sur un plan historique reconnaître les liens artisans-société, villes-campagnes, ainsi que la place et la fonction des « élites ».