Les soldats d’Himère. Une découverte exceptionnelle à Himère d’après les publications de Stefano Vassallo

 

S. Vassallo, Le battaglie di Himera alla luce degli scavi nella necropoli occidentale e alle fortificazioni. I luoghi, i protagonisti, Sicilia Antiqua, 2010, VII, p. 17-38

Cet article est disponible en ligne sur le site LibraWeb : http://www.libraweb.net/articoli.php?chiave=201003901&rivista=39

S. Vassallo, Himera alla luce delle recenti indagini nella città bassa e nelle necropoli, Mare internum. Archeologia e culture del Mediterraneo, 2010, 2, p. 45-56.

Cet article est disponible en ligne sur le site LibraWeb : http://www.libraweb.net/articoli.php?chiave=201031401&rivista=314

Colonie fondée par Messine vers 648 avant J.-C. sur la côte septentrionale de la Sicile, Himère a été comme Sélinonte un enjeu permanent des relations entre Grecs et Carthaginois dès la fin du VIe siècle et le début du Ve siècle. C’est à cet endroit qu’en 480, une coalition de Grecs sous les ordres des tyrans, Théron d’Agrigente et Gélon de Syracuse, triompha des troupes carthaginoises appelées à l’aide par l’ancien maître d’Himère, Térillos. Mais en 409, une nouvelle guerre opposa Grecs et Puniques et tourna à l’avantage de ces derniers : Himère fut détruite et la population massacrée ou asservie, puis le site fut quasiment abandonné.

De ces deux batailles (480 et 409), reste aujourd’hui dans la littérature antique le récit circonstancié de Diodore de Sicile (livre XI, 20-26). Sur le terrain, les recherches des archéologues ont commencé dès le premier quart du XXe siècle sous la conduite de Luigi Mauceri. Il faut cependant attendre les années 1970 pour que la topographie de la colonie soit parfaitement déterminée grâce aux fouilles menées par l’Université de Palerme. Durant la dernière décennie, des fouilles préventives de la Surintendance de Palerme confiées à Stefano Vassallo ont jeté une nouvelle lumière sur les deux batailles : non seulement elles ont permis la mise au jour de fortifications dans le secteur nord-ouest de la cité basse, mais elles ont aussi porté sur l’exploration de la nécropole ouest de la cité où a été découvert un immense complexe funéraire, probablement l’un des plus importants de Sicile aujourd’hui. Située à proximité des fortifications, cette nécropole a été explorée dans le cadre de fouilles préventives entre septembre 2008 et mars 2010 (fouilles qui se poursuivent). Elle a livré 7000 tombes qui ont été datées des VIe et Ve siècles, alors que l’autre nécropole d’Himère à l’est de la ville (plaine de Pestavecchia) n’a pour l’heure donné qu’un peu plus de 350 tombes.

Dans la partie la plus occidentale de la nécropole ouest et à proximité des fortifications ont été mises au jour 9 fosses communes, dont 7 d’entre elles découvertes dans un substrat sableux caractéristique de la zone appartiennent au même horizon chronologique entre la fin du VIe/début Ve siècle et la première moitié du Ve siècle. Deux groupes de fosses ont été distingués : des fosses (1-4) avec un nombre élevé de squelettes et des fosses (5-7) bien plus petites mais contemporaines. Toutes ces fosses constituent des ensembles cohérents puisqu’elles renferment exclusivement des hommes entre 25 et 30 ans, ce qui écarte l’hypothèse d’une épidémie, et en connexion anatomique. L’équipe de S. Vassallo a aussi relevé des traces de violence extrême qui ont entraîné la mort par exemple des blessures profondes dans les crânes et les tibias (tombe W 482, tombe W 576 ou tombe W 2587). Plus spectaculaire est encore la présence d’armes qui n’ont pas été extraites des corps (tombe W336 ou tombe W 2764 où des pointes de lances ou lance sont encore présentes).

Ainsi ces fosses formeraient une sorte de polyandreia, dont les parallèles sont assez rares dans le monde grec (île de Paros, Athènes, Olynthe). Pour S. Vassallo, elles témoigneraient donc de l’inhumation presque immédiate des soldats grecs tombés lors la bataille de 480, sachant que d’après le récit de Diodore, la bataille fut livrée dans la plaine côtière devant la muraille occidentale. Il est tout aussi probable qu’il existait un monument commémoratif qui fut érigé dans cette zone, mais qui n’a pas laissé de traces.

Enfin a été faite une autre découverte exceptionnelle de 26 tombes de chevaux dans la même zone et dans les mêmes niveaux. Ces tombes ne sont jamais associées aux restes humains mais elles sont corrélées aux fosses communes et à la bataille.
Quant à la bataille de 409, c’est une autre fosse (9) découverte à la limite orientale de la nécropole qui pourrait correspondre au polyandreion qui fut alors érigé.

Ce bref aperçu des fouilles réalisées par S. Vassallo à Himère est sans conteste l’une des découvertes les plus importantes de ces dernières années en Sicile. Nous en attendons désormais la publication et la diffusion la plus large possible dans la communauté des archéologues et historiens qui s’intéressent à la Sicile.


Sandra Péré-Noguès, le 2 juin 2013.