Échos d’une journée d’études « Genre et archéologie : le corps et ses identités »

affiche-journee-genre-avril-2013Dans le cadre des activités du réseau Arpège de la MSH-Toulouse, et avec le soutien des laboratoires Traces (UMR 5608), PLH-Erasme et Framespa (UMR 5136), nous avons eu le plaisir d’organiser une journée d’études le 11 avril 2013 autour d’une problématique que nous avions commencée à explorer en 2007 et qui avait fait l’objet d’une publication dans la revue Pallas (n°76). Nous avions alors souligné les difficultés que le concept de genre pouvait poser dès lors qu’il était appliqué à l’archéologie, plus particulièrement aux sociétés de l’Antiquité. Si la voie a été ouverte depuis plusieurs années par des collègues américaines (en particulier pour la Préhistoire) et européennes, les publications en France restent encore peu nombreuses ou peu diffusées, alors que les études sur le genre se multiplient dans d’autres domaines comme l’iconographie, l’histoire ou la littérature. Le concept de genre permet pourtant de repenser les relations entre hommes et femmes, de comprendre la construction des rapports sociaux, mais aussi d’articuler entre elles des catégories différentes (genre et classe, genre et appartenance religieuse/ethnique).

Les communications présentées lors de cette journée ont couvert un large champ chronologique, de la Préhistoire à l’époque romaine, et privilégié deux domaines : l’archéologie funéraire et les représentations iconographiques. Nous proposons ici un bilan des différentes communications qui ont toutes mis en lumière les problèmes méthodologiques que chaque document posait au chercheur.

Esther Lopez-Montalvo et Raphaëlle Bourrillon ont présenté une analyse très riche sur les « Variations de la représentation du genre dans l’Art Préhistorique: confrontation entre l’art du Paléolithique supérieur et l’Art du Levant ». Cette exploration des manifestations graphiques sur une large période de la Préhistoire a parfaitement mis en évidence les fausses pistes qui peuvent être inférées par ce type d’étude. A titre d’exemple, il suffit de rappeler le cliché de la représentation de la femme souvent considérée comme « symbole » de fertilité, une interprétation courante qui permet à elle seule de comprendre pourquoi il est impératif de « se défaire des trois modèles académiques » que sont l’androcentrisme, le présentisme et la tradition judéo-chrétienne. De leur étude résulte l’idée de la variabilité de la construction du genre aussi bien dans le temps long que dans l’espace.

A travers une analyse des « Femmes parées et hommes armés: les limites de la perception du genre dans les sépultures du IIe millénaire av. J.-C. en Europe centrale? », Mireille David-Elbiali a bien souligné la difficulté qu’il y avait à trouver une position d’équilibre qui puisse valoriser les rôles et les activités des hommes et des femmes autres que celles liées au prestige, au pouvoir et à la guerre. En axant son étude sur trois nécropoles majeures de l’âge du Bronze (Gemeinlebarn-Traismauer, Nogara-Olmo et Neckarsulm), elle montre toute la pertinence de certains critères comme la classe d’âge ou le genre, en particulier dans la valorisation de l’expérience telle qu’on peut la percevoir à travers le viatique. Si les données funéraires renvoient à une image (un « simulacre ») des rôles sociaux qu’il s’agit de décrypter, le chercheur en est réduit, comme elle l’a bien souligné, à « cheminer sur une crête » dès lors qu’il s’interroge sur les articulations entre archéologie et anthropologie, entre histoire et ethnographie. Sur le temps long de l’âge du Bronze, on constate aussi une extrême variabilité des critères liés au genre.

A partir de dossiers largement explorés comme Bucy-le-Long ou Courtesoult, Caroline Trémeaud a proposé une réflexion sur une « approche genrée des sociétés protohistoriques » qui rejoint par bien des aspects les études les plus récentes sur ce sujet. Même si le mobilier peut apparaître comme un indicateur de genre, il n’est pas suffisamment fiable comme en témoigne le cas de la nécropole de Courtesoult. Définir un « genre archéologique » reviendrait à explorer un « continuum entre deux extrêmes », celui de « l’homme à l’épée » et celui de « la femme à la parure ». Il est bien évident qu’entre ces attributions qui sont en réalité des clichés contemporains, le débat reste entier.

Intitulée « Tout ce qui brille…!! Reflets du genre dans l’or protohistorique », la communication présentée par Barbara Armbruster et Emilie Dubreucq traitait de la présence de l’or dans les contextes funéraires de l’époque de Hallstatt et de sa pertinence comme critère de genre. Chargé d’une forte valeur symbolique, l’or ne semble pourtant pas révéler le genre mais au contraire être partagé entre hommes et femmes selon d’autres critères. Cette étude précise a surtout démontré le bien fondé d’une démarche axée sur un type précis de mobilier, une démarche qui gagne à être inscrite dans la longue durée comme l’ont montré les divers exemples explorés par les auteures.

Céline Dubois s’est interrogé sur « Filles ou garçons ? La question des indicateurs de genre dans les sépultures d’enfants du monde grec antique ». L’analyse s’avère fort compliquée du fait de l’impossibilité de diagnose sexuelle pour les enfants en bas âge, plus particulièrement l’âge périnatal (0-3 ans). Néanmoins, son analyse menée à partir de données provenant majoritairement de la nécropole de Pantanello (Métaponte) montre justement les risques de surreprésentation d’un sexe (féminin) si l’on se limite au seul mobilier funéraire. Le sexe et le genre sont par conséquent difficiles à déterminer et si l’on ajoute que les enfants restaient dans la sphère féminine jusqu’à l’âge de 6 ans, d’après les sources littéraires, on prend la mesure de la difficulté d’un tel dossier. A titre de comparaison, C. Dubois a conclu en présentant un tableau du jeune enfant Louis XIV habillé en fille comme c’était la coutume à l’époque…

Enfin Mathieu Scapin a clôturé cette journée en s’intéressant au « Strigile, miroir et amphore en Grande Grèce. Dialogue entre iconographie et archéologie ». A travers plusieurs exemples, il s’est intéressé à l’articulation entre archéologie et iconographie, un dialogue « quasi impossible », dans la mesure où cela revient à confronter des données factuelles à des représentations, des constructions, ce qui en oblitère quelque peu l’interprétation. De fait pour les trois cas examinés, il est difficile de les utiliser en tant que critère discriminant tant les exceptions sont parfois nombreuses ou ajoutent à la confusion.

 En définitive, un constat a été récurrent lors de cette journée : l’absence de référentiels, voire de données, susceptibles de repérer des tendances suffisamment pertinentes pour être retenues comme discriminantes. Il faut le souligner pour prendre conscience qu’interroger autrement les données funéraires (voire les données iconographiques dans certains contextes) oblige à mettre en place des outils de réflexion plus précis et partagés par la communauté des chercheurs. C’est en tout cas le vœu que l’on peut émettre pour jeter enfin un autre regard sur les sociétés anciennes.