Les Gaulois sont enfin dans la plaine… Journée d’étude sur les établissements ruraux tardo-républicains entre Aude et Garonne – 27 mars 2013 – Archéosite Gaulois de Rieux Volvestre (31)

programme-gaulois-fermes-27-03-2013

Avant-propos et coordination des résumés des communications par :

Par Pierre-Arnaud Delabriffe, Drac Provence Alpes-Côte d’Azur, service régional de l’archéologie, UMR Trajectoires Nanterre et Lionel Izac-Imbert, Drac Languedoc-Roussillon, service régional de l’archéologie, UMR 5608 TRACES Toulouse.

Avant-propos

C’est à l’automne 2011, à l’issue d’une table ronde tenue à Castres, qu’a émergé l’idée de réunir les chercheurs travaillant tant en Midi-Pyrénées qu’en Languedoc occidental afin de confronter les données archéologiques récemment acquises sur les établissements ruraux de l’extrême fin du deuxième Âge du Fer. Cette journée était pensée comme un prolongement  de la table-ronde L’exploitation agricole dans son environnement à la fin de l’âge du Fer, nouvelles approches méthodologiques, organisée en 2004, à l’Archéosite (Blanchard, Izac-Imbert 2008).

L’objet de cette journée d’étude était de présenter des travaux d’actualité sur une thématique largement renouvelée ces 15 dernières années notamment grâce à l’apport des données issues de l’archéologie préventive. Il s’agissait de présenter des dossiers précis intéressant le couloir Aude-Garonne en faisant abstraction des frontières administratives traditionnelles. Des aspects méthodologiques de synthèse devaient également être abordés afin de partager les expériences à l’échelle régionale et nationale.

La journée du 27 mars a bénéficié du soutien de l’UMR Traces (équipe Protohistoire et Monde anciens) et surtout de l’appui du directeur de l’Archéosite de Rieux-Volvestre, Jean-Luc Blanchard et de toute son équipe qui a accueilli les participants, assuré les aspects pratiques et matériels en mettant à disposition ses locaux et offert le buffet. C’est plus d’une soixantaine de personnes qui est ainsi venue assister à cette journée, dont une forte proportion d’étudiants toulousains. Les étudiants et enseignants bordelais, initialement prévus, n’ont pu venir.

Les questions liées aux formes et fonctions de l’occupation des espaces ruraux à la fin du deuxième Âge du Fer ont été largement abordées dans la moitié nord de la France depuis une quarantaine d’années, avec un fort développement ces vingt dernières années et la publication de nombreux travaux (Buchsenschutz, Méniel 1994 ; Bayard, Collart 1996 ; Menez 1996 ; Marion, Blanquaert 2000). Le renouvellement des données, le dynamisme de la recherche et les différents travaux synthétiques effectués ont permis la définition d’un modèle (Malrain, Matterne, Méniel 2002 ; Malrain, Pinard 2006 ; Bertrand, Maguer 2007)

Face à ces découvertes, les chercheurs du sud de la France se sont également interrogés sur ce que pouvait être l’occupation des campagnes à la fin de l’âge du Fer. A ce sujet il faut se souvenir qu’en 1996 Laurent Sauvage publiait dans la Revue archéologique de Picardie un article dont le titre Existe-t-il une ferme indigène dans le Midi de la France ? avait le mérite de clairement rappeler l’état où en était la recherche méridionale sur cette thématique (Sauvage 1996). Il débutait son article par un sombre mais juste constat : dresser un tableau des campagnes indigènes à la veille de la conquête romaine dans le Midi de la France se révèle être une entreprise délicate tant notre documentation souffre de lacunes en ce domaine. Ce n’est en effet que très récemment que la recherche protohistorique méridionale s’est orientée vers une approche dépassant le cadre de l’habitat groupé pour s’attacher aux formes d’occupation du sol et à la définition de l’espace rural à l’intérieur duquel ont évolué les communautés protohistoriques. De fait, des régions entières demeurent à ce jour méconnues (…). Dans la suite de son propos, l’auteur montrait, à partir d’études micro-régionales, l’indigence de données relatives à cette problématique contrebalancée par le frémissement qu’il pouvait alors y avoir en région nîmoise.

En 1997, Stéphane Mauné organisait à Lattes une table-ronde sur les établissements ruraux protohistoriques en Gaule méridionale (IXéme – IIIéme s. av. J.-C.). Peu de plans de sites ou de données de fouilles dans cet ouvrage mais la présentation d’analyses d’occupation du sol effectuées à partir de données issues de prospections de surface (Mauné 1998).

Peu après, Stéphane Mauné publiait, dans Gallia (Mauné 2000), un article intitulé La question des premières installations rurales italiennes en Gaule transalpine (fin du IIe s. – milieu du Ier s. avant J.-C.) qui traitant la question de l’occupation des sols du point de vue du colon italien, à partir de données majoritairement issues de prospections de surface.

A côté de présentations effectuées lors des colloques de l’Afeaf, notamment Conques (Gruat, Dedet 2000 ) ou Toulouse (Vaginay, Izac-Imbert), la table ronde de 2004 L’exploitation agricole dans son environnement à la fin de l’Âge du Fer ; nouvelles approches méthodologiques, publiée en 2008, ouvrait véritablement la voie et posait nombre de questions sur l’existence et la nature des occupations républicaines dans le Midi de la France. En présentant, à cette occasion, les premiers résultats obtenus à la périphérie nîmoise, J.-Y. Breuil et P. Séjalon permettaient enfin, pour la partie languedocienne de pondérer les propos de L. Sauvage.

Depuis cette date, de nombreuses nouvelles découvertes ont eu lieu, renouvelant considérablement les données. On dispose aujourd’hui, dans le département de l’Aude, d’une vingtaine de sites ayant fait l’objet d’interventions de terrain rattachables aux IIème-Ier s. av. n.-è. En prévision de cette journée d’étude, nous avons retenu une demi-douzaine de sites que nous avions considéré comme les plus représentatifs des données nouvellement acquises. Concernant les autres sites, déjà publiés ou en cours d’étude, nous avons choisi de les présenter lors d’une rapide remise en contexte. C’est ainsi que quatre établissements ruraux de la région toulousaine ont été évoqués : Raspide 1 à Blagnac (fouille C. Sireix), Sabatouse à Longages (fouille L. Izac-Imbert), Pentens à Martres-Tolosane (fouille J. Vial) et Dumaine à Plaisance-du-Touch (fouille A. Lemaire).

L’identification des sites

La journée a débuté en abordant la question de l’identification des sites. Michel Passelac a fait un point sur la découverte de sites à enclos d’âge républicain qu’il avait pu effectuer grâce à la photographie aérienne dès les années quatre-vingt. Il a clairement démontré l’intérêt de la méthode pour les secteurs céréaliers de nos régions en nous présentant une douzaine de gisements de l’ouest audois et de la région toulousaine. Dans de nombreux cas les sites d’enclos décelés n’ont pu être sûrement datés, les vérifications de surface n’ayant pas livré de mobilier suffisamment déterminant. Il a aussi évoqué les difficultés auxquelles on se trouvait aujourd’hui confronté pour pouvoir pratiquer la prospection aérienne du fait de règles imposant de faire appel à des entreprises spécialisées ce qui renchérissait et complexifiait les procédures. Il a émis le souhait qu’un programme d’échantillonnage de ces sites puisse être engagé, sous couvert d’un programme de recherche programmée [1].

Résumés

Présentation de cas

Nicolas DELSOL et Guillaume VERRIER : Montbartier “Raimon Juan”
Laurent GRIMBERT et Frédéric SERGENT : Blagnac “Zac Androméde
Jean-Jacques GRIZEAUD : Carcassonne “Les Jardins de Gréze”
Pierre RASCALOU : Carcassonne “La Cavayère” et Trèbes “Béragne”
François MALRAIN : Présentation de la base de données nationale
Christophe RANCHE : Castelnaudary “Villelongue Est – PRAE Nicola Appert I”

Communications

Laurence BENQUET : Le mobilier céramique
Frédérique DURAND : Les restes archéobotaniques
Vianney FOREST : Les restes archéozoologiques


[1] Bien que cela n’ait pas été directement discuté, on aurait pu également s’interroger sur les méthodes à mettre en œuvre pour correctement identifier et caractériser ces gisements : apports des prospections pédestres, géophysiques, détection de métal ; lors des diagnostics, suivre ou pas les fossés, multiplier les sondages, investissement de l’espace interne ; etc.