Compte-rendu de la journée d’étude “Laisser son nom : femmes et actes de mémoire dans les sociétés anciennes” 4 avril 2014

Journée d’étude et atelier de recherche organisés avec le soutien de la MSHS de Toulouse, et des laboratoires ANHIMA (Paris), TRACES et PLH-ERASME (Toulouse)
« Laisser son nom : femmes et actes de mémoire dans les sociétés anciennes »

4 avril 2014

affiche-je-genre-04-04-2014

Cette journée d’étude, qui a réuni plusieurs collègues venus de Paris, Strasbourg et Naples, a permis d’aborder, à travers le problème du nom, la question de la visibilité des femmes dans les sociétés anciennes et par conséquent celle de leur place dans l’espace public. Dans cette perspective, des éclairages originaux ont été apportés par les communications d’Agnès Fine et de Natacha Baboulène-Miellou. Agnès Fine a proposé une réflexion instructive sur la question de la transmission des noms, telle qu’elle peut s’appréhender à travers des exemples du passé ou même de l’actualité la plus récente. Elle a mis en évidence le rôle éminemment contraignant de l’Etat dans la fixation des noms et l’évolution qu’induit désormais le recours à une identité biométrique. Pour l’Antiquité, son étude souligne avec justesse la distinction qui doit être faite entre nom d’adresse et nom d’identification, ainsi que la question de la variabilité des noms dans certaines sociétés anciennes.
En partant de l’analogie avec le mythe antique de Pygmalion, Natacha Baboulène-Miellou a analysé les métamorphoses qu’engendrait le processus de starification à travers plusieurs exemples d’actrices hollywoodiennes du début du XXe siècle, notamment le phénomène des vamps. Le changement de nom occupe une place déterminante dans ce processus, car il indique aussi le changement statutaire de l’individu.
Après ces deux interventions dont l’ouverture disciplinaire et diachronique a beaucoup apporté aux discussions, Annalisa Paradiso a présenté le cas singulier de quelques Lacédémoniennes, notamment celles qui constituaient l’entourage du roi Agésilas II. Comment soustraire à l’oubli des femmes, Cléora son épouse ainsi que ses deux filles, Eupolia et Proauga, dont Plutarque est le seul auteur à parler. De cet entourage royal, une femme a laissé une trace autrement plus importante : Kynisca, la sœur du roi, victorieuse par deux fois aux jeux olympiques. L’étude montre ainsi la réception différente,  entre renommée et oubli, qu’ont connu les destins de quatre femmes proches du roi lacédémonien.
Romain Guicharousse a fourni quelques pistes de réflexion sur la constitution d’une base de données, lui-même travaillant dans le cadre d’un doctorat sur l’intégration des étrangers à Athènes à l’époque classique. Sa communication, qui était centrée sur des exemples de femmes d’origine étrangère (Thraita et Korallion), a mis en exergue les difficultés d’un corpus associant à la fois des données épigraphiques et funéraires. Plusieurs formes de mémoires semblent se décliner autour de ces noms féminins gravés sur des stèles.
Claire Jacqmin a examiné des dédicaces faites par des Athéniennes, à titre individuel ou collectif, à l’époque archaïque. D’un point de vue social, ces femmes appartiennent aussi bien à l’aristocratie qu’aux franges inférieures (laveuse, vendeuse de pain). Ces dédicaces témoignent surtout de l’expression de la voix des femmes dans l’espace public à un moment où la cité se construit.
Sandya Sistac a traité de la question de l’anonymat des femmes dans l’œuvre de Polyen, les Stratagemata. Ces « illustres inconnues » s’insèrent non seulement dans des procédés narratifs propres à l’auteur, mais elles semblent aussi donner une vision collective de la défense d’une cité.

Cette journée devait aussi servir à lancer le programme de recherche intitulé « Celles qui avaient un nom. Marques du genre dans l’Antiquité gréco-romaine », programme  visant à la constitution d’une base de données (accessible en ligne) consacrée aux figures féminines de la Grèce archaïque et classique nommées dans nos sources. Un atelier était destiné à mettre au point la méthode de traitement et d’analyse des données concernant des exemples de femmes antiques (re)nommées. Anne Debrosse a présenté le Dictionnaire des Femmes de l’Ancienne France de la SIEFAR, plus spécialement la section “Femmes antiques et légendaires”, ce qui a donné un élément de comparaison intéressant.

Les autres interventions ont donné lieu à la présentation de toute la matière disponible (corpus documentaire, historiographie et bibliographie, questionnements,…) sur des dossiers très différents : l’auteure Philaenis, qui a composé au IVe siècle avant J.-C. le manuel Peri aphrodisiôn « Savoir faire l’amour » (Sandra Boehringer) ; des citoyennes athéniennes Lysistrata, Satyra, Zeuxiôn (Marie Augier) ; les pythagoriciennes Periktionè et Phintys (Ida Brancaccio) ; la défunte anonyme de l’éloge dit de Turia (Charlie Guillon-André) ; Agrippine Maior (Adeline Adam) et des noms de Vestales (Jean-Marie Pailler).
Ce premier atelier a posé un certain nombre de jalons méthodologiques qui devraient aider à la construction de la base de données. La nature de la source étudiée, le contexte des pratiques discursives, l’évolution de ces figures féminines dans le temps, la différenciation fondamentale entre statut et fonction, sont autant de questions qui ont été abordées et seront reprises dans un prochain atelier.

Sandra Péré-Noguès