Résumé de thèse de Guillaume Saint-Sever “De la production des poteries à l’âge du Bronze final. Dynamiques interrégionales et évolutions locales en Quercy et Basse-Auvergne”.

De la production à l’utilisation des poteries à l’âge du Bronze final. Dynamiques interrégionales et évolutions locales en Quercy et Basse Auvergne.

Thèse soutenue à l’université de Toulouse 2 le Mirail le 19 septembre 2014, sous la direction de Jean VAQUER et Pierre-Yves MILCENT.

Résumé par Guillaume Saint-Sever

Dans ce travail de thèse, nous menons une étude comparative de la céramique de la fin de l’âge du Bronze entre deux zones d’études, situées en bordure nord et ouest du Massif central, la Basse Auvergne et le Quercy. Les ensembles clos étudiés concernent la phase moyenne du Bronze final ou le Bf IIb-IIIa et sont issus d’habitats de hauteur, de fosses de plaine et de grottes sépulcrales. Dans un premier temps, nous développons une méthode de classement morphologique qui permet une étude typo-chronologique. Celle-ci est menée par un traitement quantitatif et statistique des critères morphologiques et décoratifs des ensembles céramiques. Ces analyses permettent de distinguer deux groupes stylistiques selon les régions. Les calages chronologiques des différents groupes montrent que certains changements dans les morphologies et les décors se manifestent avec un léger décalage dans le temps : les ensembles de Basse Auvergne exprimant précocement des innovations identifiées dans l’est de la France.

Dans un second temps, nous nous interrogeons sur les fonctions supposées des différents types céramiques. Des propositions sont réalisées à partir d’observations des stigmates d’utilisation ou de finition et d’analyse technologiques comme les rapports entre la nature du dégraissant et les modes de cuissons des poteries. Ceci aboutit à proposer différentes classes fonctionnelles dédiées à une vaisselle de table et à un service culinaire dévolu aux traitements de denrées liquides et solides. Ces classes et les correspondances de certaines avec la vaisselle métallique sont ensuite étudiées selon le contexte des gisements. La prédominance, dans les grottes sépulcrales, d’une vaisselle de table et d’une céramique culinaire dévolue aux liquides et de nombreuses correspondances avec des formes métalliques marque une distinction avec les ensembles d’habitats et traduits des pratiques liées à des repas cérémoniels. Les corpus céramiques de l’habitat de hauteur se distinguent de ceux de plaine par une vaisselle de table collective plus représentée.

Une dernière approche, concerne l’étude des chaînes opératoires de fabrication des céramiques, et aborde la question des traditions potières. L’analyse des préparations des pâtes, des techniques de façonnage et de finition et des modes de cuissons, permet d’illustrer des changements globaux au cours du temps, communs aux deux zones d’études. Par contre, certaines variations ou certains choix techniques s’avèrent plus régionaux et quelques particularités très localisées peuvent être mises en évidence. Néanmoins, une vaisselle fine, ayant des équivalents dans les formes métalliques mobilise des savoir-faire distincts, aux méthodes de productions à technicité plus élevée, et peut manifester une amorce de spécialisation de la production.

Ces différentes approches nous amènent à proposer différents échelons géographiques dans l’interprétation des extensions et diffusions des critères typologiques ou technologiques retenus qui dépend de leurs degrés de précision et leurs associations entre eux. L’identification de caractéristiques interrégionales liant plusieurs groupes régionaux peut se repérer à partir de caractères morphologiques ou technologiques généraux, comme des standards hérités de vaisselle luxueuse en métal ou l’utilisation de techniques de fabrication particulières prises indépendamment les unes des autres. L’étude comparative morpho-typologique et l’étude des méthodes de fabrication entre des séries complètes permettent de dégager des groupes régionaux et une dynamique d’apparition des innovations. Des particularités locales peuvent également être mises en évidences à partir de détails typologiques ou technologiques.

Guillaume Saint-Sever

Mots-clés : Massif Central, Auvergne, Lot, Age du Bronze final, typologie céramique, poterie, technologie