Du gaulois à la Gaule – Chronique linguistique, historique et archéologique – Introduction 2

A propos du RIG, Recueil des inscriptions gauloises

Placée au départ sous l’égide de Paul-Marie Duval, cette entreprise soutenue par le CNRS s’est développée à partir de 1985. Par rapport aux études de linguistique pure, elle présente pour des archéologues et historiens l’intérêt de donner à voir les documents dans leur contexte et sur leur support, contexte et support qui font souvent, au même titre que le texte,  l’objet de remarques de l’éditeur. Tel est le critère de classement retenu pour les volumes parus ; nous mettrons le plus souvent à contribution les volumes 1 et surtout 2.2, sans négliger l’apport quelquefois substantiel des autres.

  • 1. Textes gallo-grecs (M. Lejeune, 1985) : on appelle ainsi les inscriptions gravées entre la fin du IIIe s. av. J.-C. et le milieu du Ier s. ap. J.-C., essentiellement autour du bas Rhône, dans le triangle Aix-Vaison-Nîmes ; les plus tardives, rares, ont été trouvées dans le Centre-Est (Alésia, Sources de la Seine…). Le Corpus comporte 70 inscriptions sur pierre et 220 tessons de poterie. Les caractères grecs, moyennant quelques adaptations, transcrivent du gaulois. Les plus intéressants sont des dédicaces à des divinités.
  • 2.1. Textes gallo-étrusques. Textes gallo-latins sur pierre (M. Lejeune, 1988). Les « gallo-étrusques » sont des textes écrits dans un alphabet (proche de l’étrusque) hérité du lépontique, qui avait transcrit une langue celte dès les VIIe-VIe s. Ils proviennent, comme les lépontiques, d’Italie du Nord (Gaule Cisalpine, au nord du Pô). On en possède six, dont trois sur pierre qui sont bilingues (gaulois-latin) et qui datent de la fin du IIIe ou du IIe s. av. J.-C. Le plus célèbre est la « bilingue de Verceil » (Vercelli), que nous étudierons plus loin en détail. Les gallo-latines sur pierre (alphabet latin, langue gauloise), au nombre d’une quinzaine, sont en général immédiatement postérieures à la conquête de César.
  • 2.2. Textes gallo-latins sur instrumentum (P.-Y. Lambert, *2002) – [*Daté de 2002, ce volume est pourtant paru postérieurement à la 2e édition de la Langue gauloise du même auteur, dont le copyright est de 2003… Il présente donc sur plusieurs sujets l’état le plus récent de la réflexion de l’auteur, comme nous aurons l’occasion de le constater.]

Vaisselle, outils, bagues, objets votifs, pesons de fuseaux, éléments de mobilier divers portent des inscriptions, généralement en écriture latine cursive plus ou moins difficile à déchiffrer. Ce sont des marques de propriété ou des dédicaces, des invitations à la boisson (sur des vases) ou à l’amour (pesons), des publicités et, dans le cas de céramiques de La Graufesenque ou de Montans, des comptes d’enfournement de potiers. Celui qui suit figure en couverture de LG.

Plus encore que dans le cas des autres documents, les textes sur instrumentum, qui sont d’époque gallo-romaine (Ier-IIe s.), présentent souvent un mélange de gaulois tardif et de latin plus ou moins populaire. Il en va de même des textes magiques gravés sur tablettes de plomb ; les plus connus, mais non les plus faciles à comprendre, sont ceux de Chamalières, près d’une source, et du Larzac.

  • 3. Calendriers (P.-M. Duval et G. Pinault, 1986). Il s’agit pour l’essentiel du fameux « calendrier de Coligny ». La plaque de bronze, trouvée en 1897 à l’état fragmentaire dans cette bourgade de l’Ain, devait mesurer 1,48 x 0,90 m (5 x 3 pieds romains). C’est une copie, datable de la fin du IIe s. ap. J.-C., d’un calendrier nettement plus ancien, entièrement rédigé en langue gauloise. Ce calendrier complexe reflétant la science des druides est à caractère lunaire : mois « fastes » de 30 jours (MAT, abréviation de matu, « favorable, bon », cf. Delamarre, p. 220) alternant avec des mois « néfastes » de 29 jours (ANM[atu]) de 29 jours, complétés d’un mois intercalaire tous les deux ans et demi.

 

calendrier-coligny-montage

 

  • 4. Légendes monétaires (J.-B. Colbert de Beaulieu et B. Fischer, 1998). Les monnaies gauloises épigraphes sont gravées de textes en caractères grecs ou latins : noms de peuples, de villes, de puissants personnages (certains mentionnés par César, notamment Vercingétorix), quelquefois de magistratures – dont plusieurs cas de rix/rex et le fameux « vergobret » sur des monnaies des Lixoviens de Normandie. Précieux regroupement, mais très techniquement numismatique : peu d’éclairages historiques ou linguistiques. Les figures qui suivent sont tirées de cet ouvrage.

 

montage-inscriptions-monetaires

Voici deux exemples à titre d’illustration, le premier (à gauche) une gallo-grecque sur une plaque de pierre de Vaison (G 153), le second (à droite) une gallo-latine sur un peson de fuseau de Sens (L 120). Si les supports et le contenu des textes sont bien différents, leur point commun est d’être l’un et l’autre parfaitement clairs, compréhensibles et immédiatement traduisibles.

segormaros

  • σεγομαρος ουιλλονεος τοουτιους ναμαυσατις ειωρου βελησαμι σοσιν νεμητον

= Segomaros Ouilloneos tooutious Namausatis eiôrou belèsami sosin nemèton

Traduction assurée à un détail près : « Segomaros fils de Villu, citoyen de Nîmes (ou : « Nîmois, avec ses concitoyens »), a dédié à Bélisama ce lieu sacré ».

  • geneta imi – daga vimpi    Traduction : « Je suis une fille – bonne et belle »

 

geneta-imi-recadre(LG p. 126)

On retiendra de la première inscription le nom Segomaros (« Grand Vainqueur » ; *sego = victoire, cf. Segodunum, Rodez : « la hauteur de la victoire ») et celui de la déesse Belisama (« la Très Puissante »), assimilée à Minerve comme Belenos à Apollon, ainsi que les mots tooutios, « citoyen », eiôrou (ailleurs sous la forme ieuru : fréquent), « a consacré », nemèton, « sanctuaire, lieu sacré », le démonstratif sosin (l’un et l’autre à l’accusatif, cas du complément d’objet direct marqué par la désinence finale en -n), enfin le génitif Uilloneos, complément de nom marquant la filiation (cpr. ci-dessous Condilleos génitif de Condillos). La seconde inscription nous révèle la première personne du verbe être, imi (ailleurs immi ; cf. grec eimi, « je suis »), le nom geneta, « fille » (proche du latin ; cf. encore fr. « géniteur », « générer »), l’adjectif dagos, « bon » (masc. en -os ; fém. daga : finale en -a, comme geneta ; comparer latin bonus, bona)  et le nom vimpi, « jolie femme ». Les assonances en a/i sont voulues. D’autres textes du même type sont plus… gaulois.

Nous avons signalé l’assonance alternante volontaire a/i/a/i dans l’inscription sur fusaïole geneta imi… Un parallèle intéressant, parmi d’autres, est fourni par une inscription analogue d’Autun sur un peson de tisserand (RIG L-112), ici reproduite de LG p. 125 :

nata-vimpi-1

nata vimpi / curmi da, « fille jolie, donne de la bière » : une commande de bar. Le jeu sur les sonorités semble redoublé ici par un usage ludique des deux langues, gauloise et latine ; sans doute même est-ce plus subtil, car nata (« née », « fille ») paraît bien être l’équivalent latinisé des mots gaulois gnat(h)a ou geneta, vocables rencontrés ailleurs avec ce sens (cf. ci-dessus) ; da est l’impératif du verbe latin dare, « donner », mais sûrement très proche du verbe gaulois de même sens (connu par le parfait dede). Ces considérations conjointes sur les sonorités et le code switching (J.N. Adams) entre les deux langues incitent bien à lire, pour une autre inscription, d’Auxerre, RIG L-121, nata vimpi / pota vinum, avec un jeu de rappels nata/pota et uimpi/uinum, et dans chacun des deux membres les quatre consonnes n, u, t, p. (« jolie fille, bois le vin » ; cf. Lambert, LG p. 125-126). L’univers est celui de la comptine ; le latin ici domine le gaulois réduit, si l’on ose dire, à vimpi.

Fin de la seconde chronique