Étude élémentaire du corpus sur les femmes dans les “Strategika” de Polyen – Synthèse des données du mémoire de master II de Sandya Sistac

ÉTUDE ÉLÉMENTAIRE DU CORPUS SUR LES FEMMES DANS LES STRATEGIKA DE POLYEN

par Sandya Sistac

Synthèse des données du mémoire de Master II

« Les femmes dans les Strategika de Polyen. Identités, Contextes et Enjeux (IIe siècle ap. J.-C.) »

soutenu par Sandya Sistac, sous la direction de Mme Sandra Péré-Noguès (UTM-TRACES)

Auteur très peu étudié, en dehors de l’analyse de ses sources, Polyen était un avocat et rhéteur bithynien du IIème siècle ap. J.-C. Détenteur de la citoyenneté romaine, il émigre dans la capitale de l’empire à la recherche d’une position dans l’administration impériale. Il fréquente à Rome un groupe de litteratii poursuivant un but similaire dont font partie notamment Dion Chrysostome, Arrien et Dion Cassius. Le conflit qui reprend entre Rome et le royaume parthe en 161 ap. J.-C. lui donne alors l’occasion d’entrer dans la faveur du pouvoir. Il dédie aux empereurs Marc-Aurèle et Lucius Vérus un ouvrage probablement commencé avant cette date, composé de stratagèmes de guerre grecs, barbares et romains : les Strategika1. Représentant de la Seconde Sophistique2, Polyen produit ce qu’il veut être un « outil » stratégique dont les empereurs pourraient s’inspirer en campagne. Il légitime son entreprise en rappelant ses origines macédoniennes, faisant de lui un membre de la « race » d’Alexandre, vainqueur des Barbares. Nous notons la sous représentation des exemples romains en regard des histoires grecques et barbares. Il ne s’agit pas d’une marque d’anti-romanité, Polyen est en effet le premier auteur non romain connu à ce jour qui revendique sa romanitas par l’emploi du « nous ». Il ne s’agit pas non plus, à notre sens, d’un manque de culture lié, comme cela a pu être dit, à une méconnaissance de la langue latine. L’hypothèse qui nous semble la plus plausible est celle de la doctrine de la Seconde Sophistique voulant que l’on n’évoque pas l’histoire romaine après Auguste ; c’est précisément ce que fait Polyen en bornant ses anecdotes romaines par Romulus et Auguste. L’entreprise se veut essentiellement didactique. Ainsi l’exactitude historique n’est pas le souci premier de l’auteur qui s’inscrit dans la définition cicéronienne du rhéteur dont l’apanage est d’user des exempla à sa guise pour soutenir son propos, la leçon étant le point important.

Rolly J. Phillips a établi une liste des sources identifiables de Polyen : Éphore de Cumes (livre I), Philistus et Timée de Tauroménion – pour les histoires siciliennes, livre V – Hiéronymos de Cardia – pour les histoires macédoniennes, probablement pour le livre IV – Théopompe, Phylarque, Douris – hypothétiquement – Suétone et Plutarque – essentiellement pour les livres VII et VIII – et dans une moindre mesure Hérodote et Thucydide . Cette liste doit être augmentée des recherches d’Everett L. Wheeler qui identifie également des passages de l’œuvre de Xénophon, Énée le Tacticien, Dinon, Clitarque, Trogue-Pompée et Nicolas de Damas . Au-delà des sources textuelles, il nous faut également considérer le poids d’une forte tradition orale ainsi que les récits rapportés de mémoire par l’auteur. Par la richesse de ses sources, Polyen nous permet d’avoir une idée des œuvres et des histoires qui circulaient de son temps. Parmi tous ces auteurs, nous devons prêter une attention particulière à Plutarque et à ses Gunaikôn Aretai qui sont largement utilisées dans les anecdotes féminines qui nous intéressent.

Polyen est beaucoup moins connu que son quasi-contemporain Frontin. Auteur de Stratagemata, Frontin écrit en langue latine quelques soixante-dix ans avant Polyen. La langue n’est pas l’unique différence entre les deux auteurs : alors que Frontin sélectionne ses histoires en fonction du stratagème qu’elles mettent en scène, Polyen choisit une approche prosopographique, chronologique – du moins dans les premiers livres – et ethnographique. Par ailleurs, l’auteur des Strategika se distingue de Frontin et de la littérature militaire de son temps par son désintérêt pour les questions techniques. Ses anecdotes sont brèves et vont droit à l’essentiel sans s’embarrasser de détails, l’objectif étant, à notre sens, de dégager la valeur exemplaire de l’action rapportée, dans son ingéniosité et/ou son honorabilité. Les Strategika sont destinés aux professionnels de la guerre, au premier rang desquels se trouvent les empereurs. Si nous ne pouvons que difficilement appréhender le public et le succès de l’œuvre au IIème siècle ap. J.-C., nous savons cependant qu’elle a connu une postérité à Byzance. Polyen réapparaît en effet au IXème siècle ap. J.-C., dans la Bibliothèque de Photius, comme une source des Florilegia de Stobée. Après la chute de Constantinople en 1453, le manuscrit grec des Strategika est récupéré par Michel Apostolis et a pu servir de « manuel du croisé » dans les tentatives de reprise de l’ancienne capitale de l’empire d’Orient.

 À partir du XVIème siècle et jusqu’au XVIIIème siècle, Polyen n’appartient plus qu’à la matière militaire, il est notamment utilisé dans les académies britanniques à la demande de Lord Cornwallis qui en commande une traduction au théologien Richard Sheperd en 1793. Jusqu’au XXème siècle, le nom de Polyen continue d’apparaître sporadiquement dans la littérature militaire et semble avoir laissé sa marque sur l’art de la guerre occidental. Nous retrouvons souvent Polyen et ses Strategika dans la littérature scientifique. La traduction française la plus récente est celle de Dom Gui Alexis de Lobineau et date de 1840. Dans le cadre de cette étude, nous avons utilisé la traduction américaine de 1994 par Philip Krentz et Everett L. Wheeler. Il s’agit majoritairement de citer, à travers lui, un passage autrement perdu d’un autre auteur, parfois de faire référence à une histoire qu’il est le seul à raconter et dont nous ignorons la source. Ou encore, il est mentionné de manière anecdotique dans un souci d’exhaustivité. Le prisme des Strategika semble avoir été totalement négligé. Il faut attendre 2010 et l’ouvrage collectif dirigé par Kai Brodersen pour que se renouvellent les questionnements autour de Polyen et de son œuvre. Une analyse plus attentive de l’œuvre permet de dégager une structure plus réfléchie que ne l’avaient cru les chercheurs qui s’étaient contentés de classer Polyen dans la catégorie des plagiats.
Ce travail de composition nous amène à nous interroger sur la présence de femmes dans un ouvrage appartenant, à première vue, à un cercle dans lequel elles ne sont pas admises. Nous avons ainsi cherché à travers notre corpus à dégager le rôle que Polyen fait jouer à ces femmes dans un contexte militaire. Dans un premier temps, nous avons procédé à une analyse statistique du corpus à l’aide de la base de données constituée pour gérer la masse d’informations recueillies lors des recherches préliminaires. Dans un second temps, nous avons tâché de dégager et d’analyser des situations types dans lesquelles les femmes du corpus agissent.

LA BASE DE DONNÉES

Les données statistiques présentées ont été obtenues par l’exploitation de la base de données que nous avons créée pour la gestion du corpus (sous logiciel Filemaker). Nous avons mis en place un formulaire type applicable à chacune des références, comme le montre l’exemple de la fiche consacrée à Polycrite :

ecran-BDD-polyen-synthèses-CHAAT

Nous avons également créé un onglet présentant le texte grec de Polyen, notre traduction de référence par Philip Krentz et Everett L. Wheeler, et la traduction française de Dom Gui Alexis de Lobineau :

ecran-BDD-polyen-synthèses-CHAAT-2

… pour lire la suite, téléchargez le pdf.

CHAAT-synthese-memoire-sistac-polyen