Statut et usages des archives de l’archéologie : bilan d’une première réunion (23 octobre 2015)

je-archives-spn-nc-23-10-2015-programmeCette première réunion de l’atelier avait un double but :
• Explorer les deux thématiques qui structurent le programme de l’atelier : (i) Apports historiques et scientifiques des archives et (ii) Les pratiques de collecte, conservation et communication des archives.
• Confronter nos points de vue à partir des études de cas présentées par les intervenants de la journée afin de dégager des pistes de recherche pour définir le périmètre et les étapes ultérieures de développement de l’atelier.
Les discussions ont conduit à pointer plusieurs pistes de développement prioritaires qui peuvent être regroupées suivant trois ensembles : les apports historiques et scientifiques des archives ; les pratiques de collecte, conservation et communication des archives ; enfin, la mise en place d’un réseau de participants.
En matière de traitement et d’utilisation des archives, l’établissement de « chronogrammes » a été distingué comme une approche originale et pouvant être particulièrement pertinente en matière de traitement des correspondances.
Par ailleurs, plusieurs intervenants ont pointé l’intérêt qu’il y aurait à prendre en compte des domaines d’études contigus à l’archéologie, comme notamment l’anthropologie sociale. D’autres disciplines issues de l’histoire naturelle et des sciences humaines gagneraient également à être prises en compte dans le périmètre de l’atelier, dans la mesure où celles-ci présentent des problématiques très analogues à l’archéologie en matière d’archives de la recherche. Il importera ici de développer des échanges avec les programmes de recherche et groupes de travail existants sur ces disciplines afin de mutualiser les réflexions et les réalisations.
La discussion a également pointé l’intérêt des fonds d’archives composites réunissant documents d’archives classiques, collections archéologiques, instruments scientifiques. Ce dernier type de documents mériterait de faire l’objet d’une attention particulière en ce qu’il permet de retracer du point de vue technique les modalités de construction des données et des observations, et leur fiabilité en regard des techniques et pratiques actuelles. La connaissance de ces instruments est ainsi un atout majeur pour construire une critique objective des sources archéologiques élaborées à différents moments de la recherche.
La communication sur le Mas d’Azil a été l’occasion de signaler la situation précaire dans laquelle se trouvent les archives de l’abbé Jean-Jacques Pouech (1814-1892) constituant une documentation éminemment précieuse pour la connaissance de la géologie et de la préhistoire pyrénéennes. Ce fonds, actuellement conservé dans un local de l’évêché de Pamiers regroupe, archives papier, collections et instruments d’étude, et en dépit de plusieurs alertes, la question de son statut et de sa conservation n’est toujours pas réglée.
De façon plus transversale, les discussions ont affirmé le rôle que l’atelier devait jouer dans la mise en place d’un réseau interdisciplinaire et interinstitutionnel. Au-delà de la communauté des archéologues, des contacts sont à prendre de façon privilégiée auprès des archivistes : Archives municipales et départementales, Archives nationales, Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, etc… Ces contacts pourraient être relayés et valorisés au moyen de la mise en place d’une plateforme collaborative pour l’échange de données et d’informations.

je-archives-spn-nc-23-10-2015-flyer