Chronique de la langue gauloise, 3. « Jeter un pont entre linguistes et archéologues-historiens »

Il faut partir d’un constat assez général pour l’ensemble de la grande période protohistorique et antique. Ce constat est celui de la coupure, qui ne cesse de s’élargir, entre « gens des textes » et « gens des pierres », disons entre historiens-littéraires et archéologues purs et durs. Pourtant, on avait toujours considéré que pour l’ensemble des siècles étudiés la connaissance progressait par confrontation entre ces divers types de sources. Une définition classique de la Protohistoire, par exemple, est bien celle-ci : période sur laquelle les connaissances s’appuient à la fois sur les données archéologiques et sur les témoignages extérieurs écrits, qu’ils soient textuels ou épigraphiques. Une des raisons principales de ce fossé tient à la spécialisation croissante des uns et des autres : la plupart des savants ne parlent qu’aux confrères de leur domaine propre, dans un langage et avec des problématiques forcément peu accessibles aux autres. L’autre raison, c’est l’effacement progressif de l’étude des langues anciennes. J’ai bien conscience de « charger la barque » en rappelant à un(e) jeune protohistorien(ne),  deux vérités désagréables :

– il lui faudra lire tout texte ou inscription en latin ou en grec concernant son sujet : en traduction, bien sûr (la plupart des textes sont traduits, pas tous, au moins en français), mais aussi, le cas échéant, faire l’effort d’aller vérifier dans un Gaffiot (Dictionnaire Latin-Français) ou un Bailly (Dictionnaire Grec-Français) la valeur de tel ou tel mot ou expression dans la langue originale ;

– s’occupant de civilisations et cultures celtiques, il ou elle devra tenir compte de tout document en langue gauloise : les Gaulois n’ont jamais eu d’écriture propre, mais il leur est maintes fois arrivé de graver une inscription dans leur langue en caractères grecs (« gallo-grecque »), étrusques (« gallo-étrusque »), latins (« gallo-latine »). Nous avons rencontré quelques-uns de ces documents dans les deux premières chroniques. D’autre part, nous connaissons bon nombre de noms d’hommes (anthroponymes) ou de divinités (théonymes) qui sont de formation celtique, gauloise.

– Plus nombreux et, souvent, plus significatifs encore, les noms de lieux ou toponymes ; parmi ceux-là, les noms de cours d’eau occupent une place impressionnante en Gaule : près de 360 « NR » (noms de rivières) chez Delamarre par exemple, ce qui, compte tenu de nombreux doublons, doit signifier entre 100 et 150 « noms réels » (index, p. 387-389).

CMJN de baseFig. 1. Carte : La Gaule des eaux, des mères et des fils. Poster présenté au colloque de l’AFEAF, Montpellier, 2013.

La carte ci-dessus montre l’intérêt de bon nombre de ces noms, lorsqu’on les compare entre eux ou à d’autres données.  Je renvoie, pour un exemple, à un article récent1. C’est le cas typique d’une étude où l’archéologie seule a peu à dire, où la toponymie pure reste… muette, où une épigraphie dispersée a du mal à prendre un sens. Les résultats obtenus sont le fruit de recoupements entre ces diverses données.

– Nous reviendrons sur la carte ci-dessus. Notons simplement aujourd’hui que les rivières de la Gaule portent souvent un nom gaulois significatif : elles sont « Mères » comme la Marne (Matrona), divines comme la Dive (<deua), pures comme la Glane ou le cours d’eau de Glanum ; elles « parlent » (Sequana, la Seine ; Elaver, l’Allier), pour avertir ou prédire l’avenir ; ainsi Garumna, « l’Avertisseuse » : la Garonne ; à Millau-La Graufesenque, une source Caunonna « crie » ou « siffle ». Les eaux, notamment de sources (Diuona, « la divine », à Cahors), sont également bienveillantes, « à l’écoute », comme les Proxsumae, les « Toutes Proches » de Provence, traduction latine du gaulois *Neddamas, attesté sur un vase en sigillée de Banassac.

– Il en va de même – second exemple – de la prise en compte des noms gaulois de métaux pour une enquête sur la production et la diffusion des métaux en Gaule à l’âge du Fer.

carte-MM-JMP-etain-gaule-chronique-3Fig. 2. Carte « Noms et voies de l’étain en Gaule » Réalisation : M. Mairecolas, Jean-Marie Pailler

Cette carte illustre la présence des toponymes en –cassi (« étain », d’où « bronze ») le long de la « voie de l’étain »2 importé de Cornouaille (G.-B.) vers le monde grec et italique depuis le premier âge du Fer. L’axe principal est celui de la Seine puis de la Saône et du Rhône. Les secteurs de transbordement sont de Troyes (<Tricasses, avec préfixe tri-, « traverser ») et du Tricastin (St-Paul-Trois-Châteaux, du Rhône vers les Alpes et le Mont Cenis).

carte-toponyme-arganto-chronique-3Fig. 3. Carte « toponyme -arganto » Auteur : J.M.Pailler d’après un document de C. Domergue

Cette carte met en relation les toponymes gaulois formés sur le radical *arganto– et les lieux connus d’extraction ou de récupération de l’or à l’époque protohistorique3. Un fait massif en ressort. Les Gaulois distinguaient les sites d’orpaillage, Arganto-rate, nom ancien notamment de Strasbourg (l’or du Rhin !) et les sites d’exploitation en roche : l’or extrait par les Lémovices était convoyé par la Vienne, puis la Creuse, jusqu’au « marché de l’or », Argantomagos, Argentons/Creuse, ouvrant sur une redistribution du métal précieux par la vallée de la Loire (magos signifie « marché de plaine »).
Un travail du même genre a été effectué pour les sites portant un nom dérivé du gaulois *isarnon, « le fer », qui a donné l’allemand « eisern », l’anglais « iron », mais a été supplanté dans les langues romanes par les dérivés du latin ferrum : ital. ferro, fr. fer, esp. hierro. Le nom celtique est facile à reconnaître dans les mots français Isarn-, Isern-, Yzarn- (attention cependant : au Moyen-Age, Isarn est devenu un prénom ou un nom : « l’homme de fer », ou « d’acier »). Pour un relais du commerce protohistorique du fer comme Tournissan (Aude), la provenance du gaulois n’apparaît que grâce à une attestation datée de 1119 : Torn Issarnum, « la place du fer », mot déformé au long des siècles en Tournissan (Delamarre p. 191).

  1. « Mères, Fils et confréries à l’écoute de la Source : témoignages antiques et approche par la toponymie, l’archéologie et l’épigraphie gauloises », in Les Gaulois au fil de l’eau, Actes du XXXVIIe Colloque de l’AFEAF, Montpellier 2013, 2015. []
  2. M. Mairecolas, J.-M. Pailler, Sur les « voies de l’étain » dans l’ancien Occident. Quelques jalons. Pallas, 82, 2010, pp.139-167 []
  3. Jean-Marie Pailler, Quand l’argent était d’or. Paroles de Gaulois, Gallia, 63, 2006, p. 211-241 []