Second atelier réflexif « Statut et usages des archives de l’archéologie » – 25 mars 2016

ATELIER-archives-25-03-2016Depuis quelques années, les archives de l’archéologue ont été au cœur de divers programmes de recherche au niveau national. Plusieurs de ces programmes et actions ont impliqué et impliquent des membres de TRACES. C’est pour étoffer et structurer ces contributions, et pousser plus avant la constitution d’un objet réflexif « archives de l’archéologie », qu’est proposé aujourd’hui un projet visant à animer une recherche sur la thématique des archives de l’archéologie.

Téléchargez le programme

Compte-rendu

A la suite des perspectives tracées en 2015 lors de la première réunion de l’atelier, cette deuxième réunion a exploré des aspects liés à la thématique des « apports historiques et scientifiques des archives », en se concentrant sur la mise en place d’outils d’applications. Les cinq interventions, structurant la journée, ont conduit à explorer plusieurs modalités d’exploitation formalisée de documents de diverses natures, parmi lesquels les archives tiennent une place prépondérante mais non exclusive.

Stéphane Konik (MCC/CNP) : Élaboration d’un outil chronogramme facilitant l’utilisation du fonds d’archives d’une grotte ornée pour son étude pluridisciplinaire et sa conservation (Lascaux).
L’établissement d’un chronogramme correspond avant tout à la mise en ordre chronologique des événements identifiés par rapport à une thématique centrale au sein d’un lot souvent hétérogène de documents. La technique permet ainsi d’ordonner les éléments pertinents à un moment donné, tout en conservant le lien avec le document d’origine et l’ensemble des informations que celui-ci contient. Actuellement mis en oeuvre par Stéphane Konik au sein du Centre national de préhistoire (MCC, Direction générale des patrimoines) sur le logiciel propriétaire Aeon Timeline, le chronogramme mériterait d’être adapté aux besoins particuliers de l’archéologie, au sens large, et de faire l’objet d’un logiciel en Open Source pouvant être largement diffusé. Dans ce but, le CNP a obtenu l’inscription d’un projet Chronogramme dans l’accord cadre Culture/CNRS afin qu’un financement dédié de 5000 € soit mis en place. Le projet est de préciser le cahier des charges de la future application en lien avec les besoins particuliers de l’archéologie.

Pierre Gastou (AM Toulouse) : Les photographies aux Archives municipales de Toulouse
La présentation suivante s’est concentrée sur les archives photographiques, à partir des fonds conservés aux archives municipales de Toulouse. Pierre Gastou a détaillé la constitution et l’organisation des fonds, ainsi que leur classement et leur conservation. Il a également développé la question de la communication des fonds qui se fait notamment aujourd’hui sous forme dématérialisée à partir du site Internet des AM : http://www.archives.toulouse.fr/archives-en-ligne. Le site permet notamment l’accès aux index et à un instrument de recherche adapté. A l’interface entre les points de vue du gestionnaire et de l’utilisateur, la présentation a notamment insisté sur la question de l’intégration des métadonnées et sur la question des droits liés aux images.

Alice Piton (TRACES-UT2J) : Émile Cartailhac et l’histoire de la préhistoire, aspects méthodologiques
L’exploitation d’un fonds documentaire hétérogène était au coeur de la communication présentée par Alice Piton. A travers l’exemple de l’utilisation des sources anciennes par Émile Cartailhac dans son étude sur les superstitions populaires, c’est la confrontation entre sources publiées et archives qui est abordée, ainsi que la question de l’identification des sources et de leur remobilisation qui sont abordées. Pour cela, plusieurs logiciels ont été utilisés de façon complémentaire (FileMaker Pro, Freemind, Aeon Timeline, Scrivener). Leur combinaison a permis de retracer les étapes de constitution de la documentation d’Émile Cartailhac et de son exploitation par l’auteur, conduisant ainsi à retracer assez finement sa méthode de travail et ses modes de production intellectuelle.

Sébastien Plutniak (EHESS / Lisst UMR 5193) : Les archéologues, leurs relations et leurs parcours : quelques outils pour l’étude de collectifs scientifiques
L’analyse de sources hétérogène a également été abordée dans la présentation de Sébastien Plutniak qui a traité de l’analyse des collectifs scientifiques à travers l’étude du groupe de la typologie analytique organisé autour de Georges Laplace. Ce sont ici trois grands types de sources qui sont exploitées : les documents d’archives – et plus particulièrement les correspondances –, des entretiens avec certains participants du groupe et les publications qui sont essentiellement traitées sur la base d’analyses bibliométriques. Ces analyses utilisent plusieurs logiciels, mais la mise en ordre des données se fonde avant tout sur le recours à un wiki qui allie simplicité de syntaxe (d’où un faible niveau de formation requis), facilité de la saisie des données et possibilité d’éditer directement les données.

Julien Garant et Sandra Péré-Noguès : Présentation du projet Apeal
Sandra Péré-Noguès présente l’outil logiciel mis en place dans le cadre du PCR Émile Cartailhac qu’elle dirige avec Sébastien Dubois. Cet outil, développé par Julien Garant, à partir des demandes des membres du PCR, constitue un outil de travail collaboratif pour la transcription des correspondances. Parfaitement opérationnel puisqu’il est aujourd’hui utilisé en vue de l’édition de la correspondance Breuil/Cartailhac, cet outil mériterait d’être développé par l’ajout de fonctionnalités nouvelles et plus largement diffusé. Un travail est en cours pour préciser le cahier des charges sur la base duquel développer cet outil.

Le dernier point de l’ordre du jour qui était programmé sous réserve et consacré à la base Épistula est reporté à la réunion suivante.

Perspectives
– A l’issue de cette deuxième réunion, un groupe de travail sur le chronogramme est à mettre en place afin de définir le cadre du projet et lancer l’étude pour l’établissement du cahier des charges.
– Il conviendra par ailleurs d’avancer sur le projet de plateforme collaborative de l’atelier pour l’échange de données et d’informations.
– La troisième réunion de l’atelier se tiendra à la rentrée 2016. Elle sera organisée autour de la question des archives de chercheurs et de la thématique archives publiques/archives privées.

N. Coye et S. Péré-Noguès