Chronique de la langue gauloise – 4 – « Lire le Delamarre »

« Lire le Delamarre », cinq entrées

On reproduit ci-dessous, telles quelles, les notices du Dictionnaire. Noter, sans s’y arrêter (risque de noyade !), la richesse des références bibliographiques et, souvent – mais pas plus qu’en archéologie… -, des cas qui font encore débat entre linguistes ; les abréviations sont expliquées en tête de volume.

1) abona, abu-, « rivière », p. 29-30

chronique-gauloise-4-abona1chronique-gauloise-4-abona2

Notice un peu longue (le lecteur doit trier en fonction de ses intérêts), mais instructive : diversité des NR (noms de rivières) dérivés en fr. moderne Avosne, Avon (fréquent, y compris au pays de Shakespeare, Stratford-upon-Avon), Aisne ; cas du NL (nom de lieu) Entraunes et du théonyme gaulois Entarabus, « dieu d’entre les rivières » ; importance des anthroponymes (NP) Abu-, Abo– en fin de 1er §. Les § 2 et 3 sont typiques de la démarche du livre : comparaison d’abord avec le « néo-celtique » postérieur au gaulois, souvent médiéval (vieil irlandais, gallois, breton), puis avec les langues i.-e. (indo-européennes) anciennes. La racine *ab-, *ap– se prête à désigner des eaux « animées », à pouvoir sacré. La richesse exceptionnelle de la bibliographie montre l’intérêt des linguistes pour ce sujet ; voici un cas où le dialogue avec l’archéologie s’impose !

Remarque finale : certains NP peuvent désigner, plutôt que des individus humains, des êtres sacrés : cf. « Mères, Fils et confréries à l’écoute de la Source : témoignages antiques et approche par la toponymie, l’archéologie et l’épigraphie gauloises ». AFEAF, 2013.

2) albos, albios, albanos, « monde d’en haut, ciel » < « blanc » p. 37-38

chronique-gauloise-4-albos1chronique-gauloise-4-albos2

Beaucoup de termes dérivés. Le sens précis (« blanc », « monde », « ciel lumineux ») ne peut être choisi dans chaque cas, souvent sans certitude, qu’en fonction du contexte. Exemple : le site archéologique  d’ « Alba-la-Romaine » (Ardèche, avec son musée ; à visiter) étant attesté sous ce nom dès l’époque protohistorique, il faut comprendre « Albe la Céleste » plutôt que « Albe la blanche », du latin parallèle au gaulois, albus.

3) brater, « frère », p. 85

 

chronique-gauloise-4-brater

Le mot se retrouve avec ce sens dans un nombre impressionnant de langues anciennes et modernes. Le non-linguiste perçoit facilement que le *bh– indo-européen initial, qu’on trouve en sanscrit, a donné  f– en latin et dans les langues romanes (= ph– en grec), b– en germanique (angl. brother, all. Bruder) comme dans les langues celtiques, dont le gaulois. On restitue au nominatif *bratir, non attesté, à partir de matir, « mère », et duxtir, « fille », étudié dans une chronique précédente.

chronique-gauloise-4-BRATRON0S

« Bratronos (« le Frère ») fils de Nantonos (« Celui de la Rivière ») a offert à  Epadhatextorix le bois sacré, avec les Sœurs »

Cette inscription provenant d’une ville thermale de l’Allier fait probablement allusion à une « confrérie des Eaux » (sacrées) dirigée par un « Frère », avec des « Sœurs » : voir l’article ci-dessus : « Mères, Fils et confréries à l’écoute de la Source : témoignages antiques et approche par la toponymie, l’archéologie et l’épigraphie gauloises« .

4) late, « marais » (p. 196)

chronique-gauloise-4-late1-2

« Arles » < Arelate est emblématique. On retiendra la présence de toponymes apparentés en Gaule Cisalpine : non loin du Pô, les zones marécageuses pullulent. Le préfixe are-, « devant », se retrouve dans le nom des Aré-comiques de la région de Nîmes et dans celui de l’Ar-morique (Bretagne actuelle), « face à la mer » (Are-mor-ici : mor, « la mer ») Ne pas confondre cette racine late avec celle, bien représentée en gaulois, de latis, « héros ».

5) rix, « roi » (p. 259-260)

chronique-gauloise-4-rix1chronique-gauloise-4-rix2

Sans doute le nom gaulois le plus connu (le seul ?), à cause de Ver-cinge-to-rix. La prochaine chronique reviendra sur ce dernier et sa famille. Retenons l’abondance des anthroponymes en –rix (« une sélection », dit ici Delamarre !) et remarquons le type du nom composé, si fréquent, où l’élément le plus important est en général le dernier ; inversion des termes pour les toponymes en Rigo– et leurs descendants modernes. L’affaiblissement progressif en gaulois du sens « royal » est bien commenté (§ 2) ; de même, au dernier §, la présence exclusive de rix et latin rex d’une part, sanscrit raj (cf. maha-raj-ah, « grand roi », avec maha = grec mega) d’autre part, aux deux extrémités du domaine i.-e. (racine *regs– : indice probable d’une grande ancienneté de cette tradition, et confirmation des parentés entre le domaine indo-iranien et le domaine occidental, italique et celtique (cf. Dumézil). A lire absolument, les pages de Benveniste indiquées : le livre de Benveniste est dépassé sur certains points, et souvent critiqué ; mais c’est un de ces livres rares qui vous laissent sur l’impression de devenir intelligent. Qu’on se le dise !

Jean-Marie Pailler