Stefania De Vido, professeure associée à l’Université Ca’Foscari de Venise, invitée à l’UT2J en mars 2016

Le département d’Histoire de l’UT2J et le laboratoire TRACES ont accueilli pendant le mois de mars 2016, Stefania De Vido, spécialiste de la Sicile grecque, professeure associée à l’Université Ca’Foscari de Venise.

 

stefania-de-vido-mars-2016-Élève de la Scuola Normale de Pise et diplômée de l’Université de San Marino, Stefania De Vido, professeure associée à l’Université Ca’Foscari de Venise, est spécialiste de l’histoire de la Sicile grecque, notamment des populations non grecques comme les Élymes auxquels elle a consacré sa thèse, ainsi que de l’histoire politique et diplomatique des cités grecques de l’île.

Son dernier ouvrage, « Le guerre di Sicilia » (Carocci editore, 2013) sur les guerres de Sicile entre le Ve siècle et le IIIe siècle offre une approche originale de l’histoire diplomatique et géopolitique de l’île dans un contexte méditerranéen en constante mutation.

Spécialiste d’historiographie grecque, tout particulièrement d’Hérodote et Diodore de Sicile, elle a longtemps fouillé à Entella en Sicile, l’un des sites les plus intéressants sur les questions d’identités et de métissages avant la conquête romaine.

Stefania De Vido a séjourné durant tout le mois de mars à l’Université Toulouse Jean Jaurès, au titre de professeure invitée par le département d’histoire. L’occasion parfaite pour lui poser quelques questions sur ses travaux scientifiques et son séjour à Toulouse. Retour sur son expérience.

conf-sdevido-megara-10-03-2016Quelles ont été vos activités comme professeure invitée ?
Je suis intervenue dans plusieurs cours et séminaires sur l’histoire de la Sicile antique, dont une conférence sur l’histoire de la colonisation grecque en Sicile le 10 mars 2016, puis j’ai aidé à l’organisation d’une journée d’études qui a eu lieu le 22 mars et qui était consacrée à l’actualité des recherches sur cette région. [Journée d’études « Actualité des recherches sur la Sicile et la Grande Grèce antiques », coorganisée par Sandra Péré-Noguès (TRACES /UT2J) et Corinne Bonnet (PLH-Erasme/UT2J)].

Comment envisagez-vous la suite de ce séjour ?
Nous avons déjà pensé à resserrer les liens qui existent entre nos deux universités (échanges Erasmus), et une étudiante en Master Sciences de l’Antiquité devrait venir l’an prochain à Venise faire sa seconde année. Par ailleurs, nous sommes en train d’élaborer un nouveau projet scientifique qui sera également ouvert à l’Université de Palerme.

Comment vous êtes-vous sentie dans notre université ?
Je ne dirai que des choses positives. L’atmosphère a été très chaleureuse de la part des collègues, et des étudiants qui ont été très attentifs. J’ai surtout bien profité de la bibliothèque universitaire qui est très agréable. Le campus est vivant, ouvert ; tous les jours il y a beaucoup à faire et à apprendre.

Que diriez-vous de la vie toulousaine ?
Toulouse est une ville très tranquille qui, par ses couleurs et sa lumière, m’a beaucoup fait penser à l’Italie. Il y a une douceur de vivre que j’ai appréciée. En ces jours difficiles, j’ai ressenti la confiance des gens envers leurs institutions et un sens aigu du civisme. C’est la France !

Propos recueillis par Sandra Péré-Noguès

Article publié dans le numéro de mars 2016 de l’E-Mag Recherche, la lettre électronique de la DAR et de la MSHS-T.